/news/currentevents
Navigation

L’accusé était drogué au moment de l'incendie

Sébastien Champigny
Photo courtoisie, Josée Hamelin Accusé d’avoir mis le feu à la meunerie Côté-Paquette d’Ange-Gardien, Sébastien Champigny passera les trois prochains mois dans un centre de désintoxication.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | De lourds problèmes de consommation de stupéfiants auraient poussé un ex-employé à mettre le feu à la meunerie Côté-Paquette d’Ange-Gardien, dans la nuit du 22 au 23 février.

Lors de son enquête sur remise en liberté, Sébastien Champigny a admis consommer du speed (méthamphétamines) et du cannabis sur une base quotidienne, depuis plus de 10 ans. Il aurait d’ailleurs été intoxiqué au moment où il aurait commis son crime.

«Je pouvais être trois ou quatre jours sans dormir et après dormir pendant deux jours de suite», a-t-il témoigné. C’est un cercle vicieux, mais là, je veux revenir sur le droit chemin.»

Champigny était un employé de la meunerie, mais il a été congédié quelques semaines avant l’incendie parce qu’il dormait pendant les heures de travail. En incendiant la meunerie, l’accusé a envoyé son père au chômage, lui qui y travaillait depuis plus de 20 ans.

En désintox pour trois mois

Libéré dans l’attente de son procès, Sébastien Champigny devra toutefois demeurer 24h sur 24 au Refuge des rescapés de Drummondville, un centre de désintoxication pour hommes, pour au moins trois mois.

Il devra se rapporter au poste de police le plus près advenant le cas où il serait expulsé ou il mettrait fin à la thérapie.

Le père de l’accusé, Denis Champigny, a dit qu’il était au courant des problèmes de consommation de son fils depuis plusieurs années et qu’il était «à 100 % pour le fait qu’il suive cette thérapie».

C’est lui qui a payé les 1000 $ de caution nécessaires à sa libération. Il s’est aussi engagé à contacter les policiers si son fils brise ses conditions de remise en liberté, lorsqu’il habitera chez lui, à sa sortie de sa cure de désintoxication.

Interdit de voir sa copine

«C’est une bonne chose qu’il suive une thérapie, a mentionné la conjointe de l’accusé, parce que sa consommation créait beaucoup de tensions dans le couple.» Toutefois, le juge lui a interdit de la voir, puisqu’elle aurait déjà été intoxiquée en sa présence.

L’incendie : un accident ?

L’avocat de Sébastien Champigny, Me Marc-André Gauthier a mentionné que son client ne voulait pas détruire complètement la meunerie. Il aurait simplement voulu effacer les traces d’une introduction par effraction qu’il aurait commise deux jours plus tôt.

Rappelons que la Meunerie Côté-Paquette d’Ange-Gardien a été déclarée perte totale et que les dommages sont estimés à 20 millions $. Entre 10 et 15 personnes ont perdu leur emploi à cause de cet incendie.

S’il est reconnu coupable, Sébastien Champigny pourrait purger jusqu’à 14 ans de prison. Il doit revenir en cour le 15 juin, pour la suite des procédures.


Une nouvelle accusation

  • En plus des huit chefs d’accusation auxquels il fait face, Sébastien Champigny a été accusé d’avoir eu en sa possession une plaque d’immatriculation volée. Il aurait déclaré aux policiers s’en être servi lors de vols d’essence.