/opinion/blogs
Navigation

Un gun, un vote pour Stephen Harper

Canada's PM Harper speaks in the House of Commons in Ottawa
Phot REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Un gun, un vote pour Stephen Harper

Monsieur le premier ministre, votre déclaration la semaine dernière en Saskatchewan n’a rien d’innocent. Année électorale oblige, le thème de la sécurité est récurent chez vous. Le droit de se protéger contre les intrusions, même avec une arme, c’est banal pour vous ? La police est trop loin et ne vous sauvera pas, c’est une facile celle-là. À quand remonte le dernier événement ou un civil a été forcé d’utiliser une arme à feu pour sauver sa vie au Canada. Pas ses biens monsieur Harper, j’ai bien dit sa vie !

Vous avez banalisé l’utilisation d’une force extrême et définitive que pas un seul policier au pays ne souhaite exercer dans sa carrière. Vos propos donnent un faux sentiment de sécurité à ceux qui pensent qu’une arme à feu est nécessaire pour leur protection personnelle. Vous avez regardé les statistiques dans l’article de Mikael Lebleu dans le Journal de Montréal d’aujourd’hui monsieur Harper ? Celles qui traitent des suicides, des erreurs et des trop nombreuses de mort inutiles ?

Plus d’armes à feu ne signifie pas plus de sécurité monsieur le premier ministre. Votre gouvernement veut abolir le registre canadien des armes à feu et ça fait plaisir à votre base militante. Pas aux policiers qui le consultent des milliers de fois par jour d’un océan à l’autre. Oui la chose a coûté trop cher à mettre en place. Elle n’en coûte pas autant sur une base annuelle à maintenir. Pourquoi s’en débarrasser alors ?

Le deuxième amendement de la constitution américaine autorisant le port d’armes par les citoyens date de 1791. Est-ce que vous voulez vraiment en faire une version canadienne en 2015, année d’élection ?

Je ne chasse pas et ne possède pas d’armes. J’ai le plus grand respect pour les chasseurs qui pratiquent ce sport, j’en côtoie régulièrement et ils sont exemplaires. De mon côté, comme bien des policiers à la retraite du service actif, je ne ressens pas le besoin d’avoir une arme à feu à la maison pour me protéger. Et pourtant, je n’habite pas un grand centre et il est possible que la police prenne un certain temps avant d’arriver chez moi. J’ai des chiens et ça ne prend pas de permis pour les avoir, tout au plus les frais annuels pour les licences à la municipalité.

Sécurité, sécurité et encore sécurité, celle d’un gouvernement qui nous berce d’illusions doucereuses et qui finit en C-51 pour nous protéger des méchants terroristes en nous disant finalement que moins de liberté c’est plus de sécurité. Et la sécurité, on le comprend, ça donne des votes aussi. Finalement, ça ressemble un peu à ça un gun, un vote pour Stephen Harper.


Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante: