/slsj
Navigation

Une fermeture qui inquiète

Le bureau du Conseil du statut de la femme à Saguenay fermera ses portes

Édith Pelletier, coordinatrice du Centre de femmes La Source de Saint-Félicien, appréhende la fermeture du bureau de Conseil du statut de la femme à Saguenay.
photo jérémie legault Édith Pelletier, coordinatrice du Centre de femmes La Source de Saint-Félicien, appréhende la fermeture du bureau de Conseil du statut de la femme à Saguenay.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’automne dernier, le Centre de femmes La Source de Saint-Félicien constate une recrudescence du nombre de femmes qui souffrent de détresse, d’insécurité financière et de profonde inquiétude.

Les demandes d’aide adressées à l’organisme, qui célèbre cette année 34 années d’existence, sont également à la hausse pour les cas de déprime et de dépression.

«Nous n’avons pas augmenté le nombre d’employés, mais nous devons faire plus. Le réseau de la santé nous réfère de plus en plus de cas de femmes dans le besoin», affirme Édith Pelletier, coordinatrice du Centre de femmes La Source de Saint-Félicien, qui appréhende la fermeture, à la fin du mois, du bureau de Conseil du statut de la femme à Saguenay.

Climat social défavorable

Les demandes pour aider des femmes qui ont des problèmes de santé mentale sont de plus en plus fréquentes.

«Depuis quelques mois, on n’entend parler que de sujets négatifs. On voit de plus en plus de détresse chez les femmes. L’insécurité et l’inquiétude de ne pas savoir ce qui va leur arriver finissent par leur cogner sur la tête. Notre clientèle a augmenté d’au moins 15 %», ajoute la coordonnatrice.

Pour plusieurs femmes en attente d’une consultation dans le réseau de la santé, le fonctionnement de l’organisme permet de réduire le temps d’attente avant d’obtenir de l’aide.

«Parfois, elles doivent attendre de deux à trois mois pour un rendez-vous au CLSC. Ici, c’est instantané. Pas de rendez-vous. Quand ces femmes en ont besoin, elles doivent parler de leur problème rapidement à une personne qui va les écouter».


Le budget consenti au Conseil du statut de la femme du Québec sera amputé de 460 000 $ à compter du 1er avril, ce qui occasionnera la fermeture de quatre bureaux régionaux du Conseil à Rouyn-Noranda, Montréal, Québec et Saguenay.