/sports/opinion
Navigation

Pas de moteur

Coup d'oeil sur cet article

L’UCI a fait des vérifications surprises sur 36 vélos après l’arrivée de Milan-San Remo, mais aucun «dopage mécanique» n’a été décelé à l’intérieur des montures.

Dans cette lutte féroce aux tricheurs, les dirigeants ne font pas que des tests sanguins sur les athlètes. Ils cherchent également des «moteurs» dissimulés dans les cadres des vélos.

Les équipes Trek Factory Racing, Etixx-Quick Step et Tinkoff-Saxo ont été vérifiées, de même que les trois premiers au classement de l’épreuve: John Degenkolb, Alexander Kristoff et Michael Matthews.

Les rumeurs entourant Fabian Cancellara avaient mis la puce à l’oreille de l’UCI, tout comme la fameuse vidéo de Ryder Hesjedal avec une roue arrière qui continuait de tourner après une chute.

Bonne ou mauvaise nouvelle? D’abord, les tricheurs sont prêts à tout et même un gain marginal peut avoir un impact crucial lorsqu’un coureur est sur le point de se faire décrocher par un adversaire.

Heureusement, les autorités n’ont rien trouvé cette fois-ci, pas plus que lors des autres contrôles inopinés. L’UCI continue d’être proactive et aborde le problème de la bonne façon. On n’a pas annoncé à l’avance les vérifications, ce qui se faisait souvent autrefois avec les tests antidopage.

Sans faire trop de bruit, les vélos ont été remis aux équipes et d’autres vérifications auront lieu en 2015.

Belle victoire

Retour sur Milan-San Remo, remportée de brillante façon par John Degenkolb. Il mérite sa victoire, lui qui travaille souvent pour Marcel Kittel. Ce fut une très belle finale avec de bonnes attaques. Sky a tenté un coup d’éclat, quatre favoris ont chuté et personne n’est anormalement au-dessus du lot.

Peter Sagan est peut-être le perdant du jour. Il doit absolument gagner pour confirmer son statut de grand coureur. Chez Cofidis, Nacer Bouhanni échoue à la 6e place et ses critiques envers ses coéquipiers risquent de ne pas aider sa cause.

Le Grand Prix E3 de Harelbeke, qui sera disputé demain, gagne en popularité avec plusieurs pavés mythiques des Flandres. Cavendish pourrait réussir. Cancellara et Sagan ont gagné quatre des cinq dernières éditions.Gent-Wevelgem, dimanche, possède une plus grande notoriété, mais moins de pavés. Degenkolb a gagné l’an dernier.

Marque de confiance

Quelques mots sur le Québécois Hugo Houle (AG2R) qui sera, à moins d’une blessure, au départ du Tour d’Italie le 9 mai. À 24 ans, il s’agit d’une nouvelle étape dans sa carrière. Le GIRO est un tour difficile avec beaucoup d’ascensions.

Les Italiens ont parfois poussé les parcours à l’extrême avant que les coureurs ne se fassent entendre. Carlos Betancur et Domenico Pozzovivo seront les chefs de file de l’équipe, mais Houle aura l’occasion de faire sa course. Évidemment, on comprend qu’il ne sera pas au Tour de France en juillet.

— Propos recueillis par Jean-François Racine