/news/provincial
Navigation

Un policier tire un projectile en plein visage d'une manifestante

Coup d'oeil sur cet article

Les quelques centaines de manifestants rassemblés jeudi soir devant l'Assemblée nationale n'ont même pas réussi à déambuler dans les rues de Québec. Un policier a d'ailleurs tiré un projectile, dont on ne connaît toujours pas la nature exacte, en plein visage d'une manifestante.

Sur le même sujet :

Le SPVQ ne semble pas vouloir revivre les événements répétitifs du printemps 2012. Jeudi soir, plusieurs autobus en provenance de Montréal ont transporté des étudiants en grève dans la Capitale-Nationale.

Dès 18 h, les policiers ont immédiatement formé une haie d'honneur aux deux extrémités du carrefour giratoire pour isoler le groupe au nord et au sud de la fontaine de Tourny. La Sûreté du Québec protégeait également l'hôtel du Parlement.

Comme les étudiants avaient annoncé leur intention de ne pas fournir l'itinéraire de la marche, les autorités n'ont eu aucune patience et la foule n'a pas pu quitter les lieux.

Après quelques minutes à circuler autour du rond-point, un premier affrontement a eu lieu du côté de l'avenue Honoré-Mercier. Des gaz ont été lancés et des coups ont été portés. Quelques instants plus tard, la manifestation a été déclarée illégale.

Les policiers ont escorté une jeune fille blessée au visage. «Elle a reçu le projectile directement dans la face», a expliqué une amie pendant que le sang coulait.

Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés

Le groupe s'est ensuite déplacé vers Grande-Allée mais les forces de l'ordre n'ont donné aucune chance aux protestataires qui voulaient remonter vers l'ouest devant place George-V. D'autres gaz ont aussi été utilisés.

Moins de trois heures

Vers 20 h, deux heures après le début des hostilités, les policiers ont fortement incité les derniers à grimper dans les autobus.

Une personne a été arrêtée pour voies de fait envers un agent de la paix. Aucun constat d'infraction n'a été décerné. Mardi soir, 274 personnes ont reçu un constat d'infraction à Québec.

Régis Labeaume a demandé jeudi aux manifestants de donner leur itinéraire s’ils ne veulent pas se retrouver en confrontation avec les policiers du Service de police de Québec.

«Si vous ne donnez pas votre itinéraire, c’est que vous choisissez la pagaille. C’est un choix délibéré», a averti le maire de Québec, avant la manifestation. «C’est assez simple, vous donnez votre itinéraire.»

— Avec la collaboration de Nicolas Lachance

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.