/misc
Navigation

Une clientèle diversifiée

Coup d'oeil sur cet article

Le lancement de la campagne d’abonnement aux parties des Remparts se résume habituellement à un court texte de deux paragraphes dans les pages avoisinant les petites annonces des journaux. Ça ne s’avère pas le cas pour 2015-2016, comme vous le constatez.

L’équipe junior entrera en grande pompe dans le nouvel amphithéâtre. Peu importe la qualité de la formation du président Jacques Tanguay, elle deviendra une attraction dans la LHJMQ. La clientèle viendra voir du hockey, mais elle s’amènera également pour visiter les lieux. Il risque d’y avoir beaucoup de déplacements dans les coursives même pendant les périodes de jeu.

Québecor avait indiqué que l’entreprise respecterait les Remparts et ce qu’ils représentent pour la ville de Québec. Sachant que plusieurs des 34 matches locaux constitueront une attraction, la direction aurait pu discrètement majorer le prix des billets. Il n’en ira pas ainsi. La quantité de billets vendus compensera toutefois.

L’expression «à guichets fermés» risque d’être utilisée à plusieurs reprises. Si l’amphithéâtre n’est pas rempli au bouchon (18 400 sièges) à toutes les parties, il n’y aura pas trop de sièges inoccupés.

La vente des billets aux détenteurs de passes saisonnières ne devait pas non plus entrer en contradiction avec les droits des 2200 clients de J’ai ma place qui se sont procuré 4803 sièges afin de voir des spectacles et des rencontres de la LNH, du moins, l’espèrent-ils.

Là aussi, du moins sur papier, le mariage s’annonce une réussite. Ces clients ont déboursé 18,5 millions $.

Comme au football

Force est d’admettre que les clientèles de la LNH et de la LHJMQ s’avèrent très différentes. Elles ne se marchent pas sur les pieds.

«Le junior se compare à mon club de football, le Rouge et Or», explique le président Jacques Tanguay. C’est un investissement, important pour des personnes, mais accessible. On remarque une clientèle familiale et très jeune au junior. Quand papa et maman et leurs deux enfants vont à une partie de la LNH, c’est comme s’ils achetaient un voyage d’une semaine dans un tout inclus», lâche l’homme d’affaires, plus ou moins sérieusement.

Les équipes visiteuses vivront une belle expérience à chaque fois. Déjà qu’évoluer au Colisée les motivait davantage, imaginez maintenant la sensation de sillonner la glace d’un édifice flambant neuf digne du circuit Bettman devant de grosses foules. Montréal n’offre pas cette option du hockey junior, les fans de hockey ne se préoccupant que du hockey professionnel.

Quant aux partisans des Nordiques, ils profiteront de l’ambiance et du confort des lieux à chacune des parties locales. L’effet curiosité mettra du temps à s’estomper.

Les billets les moins dispendieux se vendront 289 $ l’unité. Les plus dispendieux se détailleront 540 $ l’unité et incluront les éliminatoires. Ce qui risque de ne pas s’avérer une grosse dépense étant donné qu’il s’agira d’une saison après le tournoi de la coupe Mémorial. Les Remparts ne constitueront pas une puissance et pourraient bien se voir exclure du rendez-vous printanier.

Sauver l’honneur

Le déménagement des Remparts dans le nouvel amphithéâtre pourrait flatter la fierté des amateurs de hockey de la capitale. Il faudrait qu’ils deviennent la première équipe locale à participer à un événement hockey. Riches d’une belle tradition, ils méritent cet honneur.

Le Canadien de Montréal verra sans doute une belle occasion de relations publiques pour disputer une partie préparatoire comme il en fut dans le passé.

Il doit toutefois passer son tour à l’automne 2016 sauf si le décalage dans le début des saisons favorise la coordination des parties et permet aux Remparts de jouer la première partie officielle. À moins que la résurrection soit déjà un fait accompli...

La rivalité se calcule dans les petits détails.


Les pièges de Twitter et de Facebook

Il n’a fallu qu’une petite blague du maire Régis Labeaume et de Jacques Tanguay pour enflammer les réseaux sociaux Twitter et Facebook.
Sans une mise en contexte, mieux encore, sans une publication dénuée de jugement, cela ne se serait pas produit. Prendre une phrase, ne pas l’envelopper de son contexte et la publier peut semer beaucoup de confusion. Le journalisme reste un métier, pas un jeu dans une cour d’école.

De bonnes sommes

Des entreprises ont versé de bonnes sommes d’argent au défunt organisme J’ai ma place. Nommons CHOI Radio X, 141 120 $; Mallette, 211 400 $; Morency, société d’avocats, 118 728 $; LG2, 108 071 $; CGI, 101 416 $; Caisse populaire de Limoilou, 250 000 $, à la condition que l’amphithéâtre soit construit dans ce quartier. Une condition qui a évidemment été remplie. Quant à CHOI, ce don pourrait bien positionner la station pour la diffusion des parties advenant le retour de la LNH.

Bergeron plaisante

Pendant la conférence des Remparts et de J’ai ma place dans des lieux différents, Michel Bergeron servait la cause du lancement d’une caravane baptisée Nordique au Salon du VR. «Cette roulotte sera installée devant l’amphithéâtre quand les Nordiques annonceront leur arrivée dans deux ans», a-t-il lancé.