/news/currentevents
Navigation

Le SPVM ne peut confirmer si un policier a été atteint par une flèche

Le SPVM ne peut confirmer si un policier a été atteint par une flèche
TOMA ICZKOVITS / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Certains manifestants ne manquent pas d'imagination quand vient le temps de s'en prendre aux policiers. On en a eu la preuve vendredi soir, lorsqu’un agent de la police de Montréal a été atteint par une flèche au centre-ville, a appris l'Agence QMI.

L'incident s'est produit durant la deuxième «Ostie de grosse manif de soir», devant les bureaux de SNC-Lavalin, sur le boulevard René-Lévesque Ouest.

À cet endroit, des policiers protégeaient l'entrée de l'immeuble afin d'éviter que des manifestants malintentionnés tentent d'y pénétrer.

Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui avaient comme seule protection un casque et une matraque, ont alors reçu une «pluie de projectiles», selon le commandant Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM.

«Parmi les projectiles, il y avait un goujon de bois d'environ trois pieds de long, dont l'une des extrémités avait été aiguisée pour la rendre très pointue», a dit le commandant.

En début de journée, les autorités mentionnaient qu'un policier avait été atteint par la flèche artisanale au torse, sans toutefois être blessé. Mais en début de soirée, le SPVM a fait savoir que l'enquête n'avait pas permis de confirmer qu'un agent avait été atteint par l'objet.

L'enquête n'a pas permis d'établir non plus si la flèche de bois a été propulsée à l'aide d'un arc ou si elle a été simplement lancée.

Le SPVM ne peut confirmer si un policier a été atteint par une flèche
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Enquête en cours
Selon les policiers, le projectile artisanal aurait potentiellement pu causer de graves blessures si l'un des policiers l'avait reçu dans la région de la tête, par exemple.

L'auteur de ce tir n'a pas encore été retrouvé, mais une enquête est en cours pour tenter de lui mettre la main au collet. «On va vérifier les images des caméras de surveillance pour voir si elles peuvent nous aider dans notre enquête», a dit le sergent Laurent Gingras, de la police de Montréal.

Si les autorités réussissent à le retrouver, le manifestant à l'origine de l'attaque pourrait faire face à de graves accusations criminelles.

Bien entendu, le projectile a été saisi et remis aux enquêteurs. Il a été impossible d'obtenir une photo de la flèche, puisqu'il s'agit d'un élément de preuve, a dit le SPVM.

L'auteur de ce tir n'a pas encore été retrouvé, mais une enquête est en cours pour tenter de lui mettre la main au collet. «On va vérifier les images des caméras de surveillance pour voir si elles peuvent nous aider dans notre enquête», a dit le porte-parole de la police.

Si les autorités réussissent à le retrouver, le manifestant ayant tiré la flèche pourrait faire face à de graves accusations criminelles.

Le SPVM ne peut confirmer si un policier a été atteint par une flèche
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Javelot artisanal

Cette histoire n'est pas sans rappeler un événement similaire survenu lors d'une manifestation nocturne tenue au printemps 2012.

Des projectiles avaient alors été lancés en direction des policiers. Au cours de l'affrontement, un policier à moto a été atteint par un javelot artisanal en pleine tête.

Le SPVM ne peut confirmer si un policier a été atteint par une flèche
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Le javelot en question provenait d’une tringle à rideaux dont l'une des extrémités avait été soigneusement aiguisée de manière à la rendre très pointue.

Le policier avait alors été atteint à l'oreille, mais son casque lui avait sauvé la vie.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.