/news/green
Navigation

Produits forestiers Résolu accusée de mentir par un client

La multinationale 3M affirme qu’elle n’a pas renoncé à la forêt boréale

Produits forestiers Résolu a justifié en partie la fermeture de la machine numéro 9 de son usine d’Alma par le fait que «la multinationale 3M a annoncé sa volonté de ne plus acheter des produits de la forêt boréale».
Photo Agence QMI, Roger Gagnon Produits forestiers Résolu a justifié en partie la fermeture de la machine numéro 9 de son usine d’Alma par le fait que «la multinationale 3M a annoncé sa volonté de ne plus acheter des produits de la forêt boréale».

Coup d'oeil sur cet article

Un gros client de Produits forestiers Résolu affirme qu’il n’a pas renoncé au papier provenant de la forêt boréale, contrairement aux prétentions de la forestière canadienne, qui s’en servait pour justifier la fermeture d’une machine de son usine à Alma.

«Ce n’est pas vrai que nous ne voulons plus de papier venant de la forêt boréale», affirme Stephen Sanchez, porte-parole de la multinationale 3M, qui commercialise les fameux Post-it, en entrevue au Journal.

Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, affirmait pourtant dans une lettre adressée au Journal et publiée sur son fil Twitter la semaine dernière que «la multinationale 3M, un acheteur important de papier, a annoncé sa volonté de ne plus acheter des produits de la forêt boréale», pour expliquer en partie la fermeture de la machine numéro 9 à Alma. Si ces gros acheteurs de papiers quittent le navire, c’est à cause des pressions des environnementalistes qui leur demandent de tourner le dos à la forêt boréale, a expliqué M. Blackburn.

«Position d’opposition»

Or, la multinationale 3M rejette ces prétentions du revers de la main et souligne que ses inquiétudes relèvent plutôt des pratiques industrielles de Résolu, qui menaceraient «l’habitat du caribou forestier et les droits des premières nations».

«Comme nous l’avons déjà dit, nous ne souhaitons plus donner de nouveaux contrats à Produits forestiers Résolu, mais nous poursuivons nos activités existantes avec Résolu et avec les fournisseurs opérant dans la forêt boréale canadienne», affirme Jean Sweeney, vice-président de 3M.

Dans une lettre cinglante envoyée à Résolu le 15 décembre 2014 et obtenue par Le Journal, 3M accuse même la forestière canadienne de «prendre une position d’opposition plutôt que de s’engager pour trouver des solutions» à des pratiques d’affaires jugées discutables.

Certification

Dans cette lettre, 3M signifie qu’elle a demandé à tous ses fournisseurs de bannir les nouvelles sources de papiers qui proviennent de Résolu jusqu’à ce que la papetière se conforme à la norme FSC, s’entende avec les nations autochtones et trouve des solutions pour protéger le caribou forestier.

«Vous comprendrez qu’il sera très coûteux et fastidieux pour notre entreprise d’éliminer Résolu de notre chaîne d’approvisionnement», conclut M. Sweeney.

Rappelons que PFR a perdu en 2013 son certificat environnemental FSC pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette norme garantit que l’industrie du papier respecte les principes de développement durable. Les gros acheteurs américains de papier l’exigent.


Extraits de la lettre de 3M adressée à Résolu

«Il y a de plus en plus de préoccupations soulevées par les ONG, les scientifiques et le gouvernement canadien sur les pratiques de gestion forestière dans la forêt boréale canadienne.»

«Les domaines les plus préoccupants sont les objectifs de conservation en ce qui concerne l’habitat du caribou et les droits des Premières Nations sur leurs terres traditionnelles, y compris le respect du consentement libre, préalable et éclairé.»

«Ces rapports indiquent que Résolu a pris une position d’opposition plutôt que de s’engager à collaborer pour trouver des solutions.»

«Comme l’une des plus grandes, si ce n’est la plus grande, sociétés de gestion de la forêt dans cette région et en tant que fournisseur de nombreux clients de grande importance, nous nous attendons à vous voir jouer un rôle important dans la résolution de ces questions. Notre capacité à poursuivre notre relation d’affaires dépend de vos progrès dans ces domaines.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.