/sports/others
Navigation

Tremblant veut devenir un incontournable du snow polo

L’arrivée du snow polo au Québec suscite un engouement planétaire auprès des adeptes.
© Allen McEachern L’arrivée du snow polo au Québec suscite un engouement planétaire auprès des adeptes.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-TREMBLANT  |  Deux hommes d’affaires des Laurentides entendent faire de Mont-Tremblant un incontournable mondial du polo sur neige.

Marc Perreault, ex-athlète de ski est à l’origine du premier tournoi de snow polo québécois qui a eu lieu il y a un mois.

Les Laurentides sont en lice pour recevoir une étape de la Coupe du Monde de polo sur neige en 2016. Au total, 8 matchs seront disputés et on dit même que des membres de la famille royale pourraient y participer.

L’an prochain le tournoi de snow polo de Tremblant prévoit accueillir 6 équipes.
© Allen McEachern
L’an prochain le tournoi de snow polo de Tremblant prévoit accueillir 6 équipes.

Des retombées intéressantes

L’an prochain, les organisateurs prévoient accueillir de 5000 à 7000 personnes pour des retombées économiques atteignant 3 M$ dans la région de Tremblant. « J’ai déjà reçu des demandes du Ghana, de la Jamaïque, de Porto Rico et de l’Argentine. On va faire un 24h de Tremblant avec ça ! », dit Marc Perreault.

Sport équestre de haute performance, le polo était autrefois surtout pratiqué par la noblesse. « On appelle ça le sport des rois, mais c’est accessible à tout le monde, soutient Marc Perreault.

Cet adepte des randonnées à cheval a été initié au polo il y a quatre ans par l’entraîneur de la famille royale. « C’est lui qui m’a parlé des tournois de snow polo en Suisse.» Habitué de jouer sur des surfaces gazonnées à Hudson, aux États-Unis ou ailleurs dans le monde, cet entrepreneur immobilier était loin de penser qu’on pouvait transposer l’activité en plein hiver. Mais son entraîneur a réussi à le convaincre que Tremblant possédait tout pour rejoindre le circuit de la Coupe du monde.

Chaque joute exige un effort énorme de la part des chevaux. Il en faut 5 par joueur pour compléter une seule partie.
© Allen McEachern
Chaque joute exige un effort énorme de la part des chevaux. Il en faut 5 par joueur pour compléter une seule partie.

L’idée a fait son chemin. Marc Perreault s’est associé à Herbert Ratsch, franchisé de Sotherby’s dans la région de Mont-Tremblant et à Justin Fogerty, un avocat ontarien qui organise des tournois de polo à travers le monde, dans le but de créer un premier événement. « On attendait 800 personnes, on en a eu près de 3000. Il y a des joueurs venus spécialement de l’Inde pour voir le match», confie l’entrepreneur immobilier. Une cinquantaine de joueurs internationaux sont venus prendre le pouls de la région. Enthousiaste, le trio compte non seulement renouveler l’expérience, mais inscrire l’activité au calendrier de la Coupe du monde, au même titre que le tournoi de St-Moritz, qui revient chaque année depuis 30 ans.