/sports/opinion
Navigation

Trop dangereux

Luca Paolini
Photo Luk Benies / AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’édition 2015 de Gent-Wevelgem remporté par l’Italien Luca Paolini dimanche dernier a fait le bonheur de plusieurs spectateurs même si les coureurs ont vécu un véritable calvaire avec des rafales qui ont soufflé jusqu’à 100 km/h.

Au total, seulement 39 cyclistes sur 200 ont réussi à terminer la course et des critiques importantes ont surgi concernant la sécurité des coureurs.

Faut-il laisser les athlètes s’affronter même lorsque les conditions sont jugées extrêmes? La neige, la pluie, la chaleur et le vent ont toujours joué un rôle dans les épreuves mais parfois la situation est critique.

Pour des professionnels, le spectacle doit-il se poursuivre même avec un danger prévisible comme celui de dimanche?

Pas des bêtes

J’ai lu des commentaires de gens qui applaudissaient en disant que c’était une course pour hommes. Les athlètes ne sont pas des bêtes de cirque. Des cyclistes se sont retrouvés au fossé sous la force du vent.

En colère, le Néo-Zélandais Jack Bauer (Cannondale), a même lancé son vélo.

Ça frôle le ridicule. En 2013, j’ai fait cette course et le thermomètre indiquait -10°C avec le vent.

Dans de telles circonstances, le consensus est toutefois quasi impossible à obtenir. Des dirigeants veulent courir, des athlètes veulent mettre pied à terre et d’autres passent à l’attaque. Les enjeux sont grands et la cohésion fait défaut. La solution n’est jamais facile. Dans mon cas, je ne pense pas que j’aurais terminé l’épreuve.

Dans la dernière année, le GIRO a été secoué par des épisodes de neige, tout comme Tirreno-Adriatico. Au Tour d’Oman, la chaleur a atteint 55°C et les coureurs pouvaient décoller leurs boyaux à main nue.

Un représentant des coureurs devrait bientôt être associé systématiquement aux décisions mais le projet soumis à l’UCI ne pourrait voir le jour qu’en 2016. D’ici là, la problématique risque de ressurgir à l’occasion.

Un grand jour

Sur un plan plus sportif, le Tour des Flandres aura lieu dimanche. Selon moi, c’est LA classique qui fascine tous les coureurs. Les Belges sont des fans de cyclisme au même titre que les Québécois sont fans de hockey.

Plus de 700 000 personnes s’alignent le long du parcours. Certains ronds-points sont si bondés que le peloton ignore quelle direction prendre. Pour une rare fois, la course se fera sans Tom Boonen etFabian Cancellara, tous deux blessés.

Mes favoris pour la victoire sont Geraint Thomas, Peter Sagan, Greg Van Avermaet et Niki Terpstra. Etixx-Quick Step doit gagner.

En vitesse

Le Danois Bjarne Riis a été remercié de son poste par Tinkoff-Saxo. Ce n’est une mauvaise chose. C’était l’un des directeurs sportifs avec le passé le plus louche. Il y a toujours un malaise à voir un ex coureur coupable de dopage qui dirige une équipe.

Enfin, Astana pourrait perdre sa place dans le World Tour après son audition qui a lieu demain.

— Propos recueillis par Jean-François Racine