/misc
Navigation

Un « Final Four » de rêve !

Travis Trice
photo AFP Travis Trice

Coup d'oeil sur cet article

Quatre entraîneurs de renom. Quatre équipes issues de programmes d’élite de la NCAA. Trois équipes classées no 1. Une équipe invaincue. Que demander de plus pour cette formidable édition 2015 du «Final Four» masculin?

Samedi soir au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis, les équipes de basketball masculines des universités Duke, Michigan State, Wisconsin et Kentucky seront les vedettes de ce «Final Four» de rêve.

Au fil des ans, ces quatre équipes ont participé à un total de 46 «Final Four» et ont gagné 15 titres nationaux.

Dès 18 h, Michigan State (no 7) sera opposé à Duke (no 1) alors qu’à 20 h 30, Wisconsin (no 1) affrontera Kentucky (no 1).

Les négligés

Bien que Michigan State soit l’équipe la moins bien classée parmi les quatre finalistes, elle n’a rien à envier aux autres. La troupe de Tom Izzo, dont c’est la 20e saison à la barre de l’équipe, a vaincu trois équipes mieux classées qu’elle pour assurer sa place dans le «Final Four».

L’une des belles histoires des Spartans est celle du garde de 6 pieds Travis Trice. Le joueur de dernière année ne l’a jamais eu facile. Au terme de son secondaire, on lui a dit qu’il était trop petit pour jouer en division 1 de la NCAA. Puis, après sa première année universitaire, une mystérieuse infection au cerveau l’a presque tué.

Est-ce que Michigan State pourra vaincre Duke? Ce sera difficile, mais une chose est sûre, le légendaire Magic Johnson – un ancien des Spartans – sera aux premières loges pour les encourager.

Amitié victorieuse

L’Université Duke est une habituée du «Final Four» avec 16 présences. En 35 ans derrière le banc des Blue Devils, l’entraîneur Mike Krzyzewski a récolté 86 victoires au «March Madness», un record. Deux de ses quatre titres nationaux ont été remportés à Indianapolis (1991, 2010).

Même si elle compte trois recrues au sein de son cinq partant, l’équipe de «Coach K» été redoutablement efficace avec une impressionnante fiche de 33-4 cette saison.

Parmi ces recrues, on retrouve Tyus Jones, un garde de 6 pi 1 po, et Jahlil Okafor, un centre de 6 pi 11 po. Il y a quatre ans, alors qu’ils jouaient pour l’équipe américaine des moins de 16 ans, ils ont fait le pacte de faire équipe ensemble à l’université, et ce, dans le but de remporter le championnat national. Le duo, inséparable à l’extérieur du terrain, n’est plus qu’à deux victoires de réaliser son rêve.

Peut-on battre Kentucky ?

Ayant perdu la finale contre Connecticut l’an dernier, Kentucky est revenu en force cette saison. Les Wildcats sont toujours invaincus en 38 matchs.

Favorisée pour remporter le tournoi, l’équipe de John Calipari pourrait devenir la première formation universitaire avec une fiche immaculée depuis 1976, alors que les Hoosiers de l’Indiana avaient réalisé l’exploit.

S’il y a une équipe qui peut rivaliser avec Kentucky en termes de taille et de talent, c’est bien Wisconsin, notamment avec Frank Kaminsky (7 pi) et Sam Dekker (6 pi 9 po).

D’ailleurs, lors de la demi-finale de l’an dernier, les Badgers s’étaient inclinés par 74 à 73 devant les Wildcats dans les dernières secondes du match.

Alors que la troupe de Bo Ryan compte sur une majorité de vétérans, le cinq partant de Kentucky est composé de trois recrues et deux joueurs de deuxième année. Un duel des plus passionnants est à prévoir.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions