/news/currentevents
Navigation

Un médium reconnu coupable

Christian Boudreau
Photo Facebook Le médium Christian Boudreau est coupable de production et de possession de pornographie juvénile, d’attouchements sexuels, d’entrave à la justice et de bris de conditions.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Un médium de 40 ans a été reconnu coupable après avoir eu des ébats sexuels qui rappellent Cinquante nuances de Grey avec un mineur de 17 ans.

Christian Boudreau, 40 ans, a été reconnu coupable de production et de possession de pornographie juvénile, d’entrave à la justice et d’attouchements sexuels sur un mineur alors qu’il était en position d’autorité. Il a également tenté de convaincre sa victime de retirer sa plainte pour éviter que son histoire ne soit médiatisée.

Les ébats sexuels entre le médium Christian Boudreau et sa victime de 17 ans ne sont pas sans rappeler ceux des Cinquante nuances de Grey. Des objets sexuels de dominations tels que des harnais, godmichés, vibrateurs et boule servant de bâillon ont été utilisés. De nombreux fichiers graphiques impliquant le mineur et certains de ses objets avaient été saisis par les policiers à la résidence de Boudreau.

Les gestes de Christian Boudreau, 40 ans, remontent à 2011 et impliquent un jeune homme âgé de 17 ans. Les deux individus se sont rencontrés par l’entremise d’un organisme communautaire. En raison du rôle que Christian Boudreau y occupait, la Cour a conclu que les attouchements ont été faits dans un contexte où il était en position de confiance ou d’autorité.

Christian Boudreau a admis les relations sexuelles entre lui et le plaignant, qui était alors consentant. Il a été acquitté d’agression sexuelle et d’avoir rétribué un mineur pour ses services sexuels.

Entrave et bris

En février 2012, le médium a brisé ses conditions de remise en liberté et a commis une entrave à la justice en communiquant indirectement avec l’adolescent pour l’inciter à retirer sa plainte. Il aurait dit au beau-père de la victime: «C’est plate qu’il n’ait pas pris ses responsabilités d’homme, ça se peut que ça sorte dans les médias.»

Selon la victime, Christian Boudreau aurait dit que la procureure voulait se faire un nom parce qu’il était connu. Il aurait aussi laissé entendre que l’adolescent pourrait lui aussi être médiatisé.

Quelque mois plus tard, il contrevenait de nouveau à ses engagements en déménageant sans en informer la Cour.

Tentative de meurtre

Le 21 octobre 2011, Christian Boudreau avait été poignardé à plusieurs reprises dans sa résidence de Saint-Mathieu-de-Beloeil par un ami qu’il hébergeait. Gravement blessé, il avait trouvé refuge chez des voisins en laissant une trainée de sang sur son passage. Depuis, son adresse est confidentielle pour assurer sa sécurité.

  • Christian Boudreau doit revenir en Cour le 22 avril pour recevoir sa sentence.