/news/provincial
Navigation

L'association étudiante du Cégep Garneau dénonce la répression «intense et inouïe» des policiers de Québec

Naomie Tremblay-Trudeau
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

L’association étudiante du Cégep Garneau, dont fait partie Naomie Tremblay-Trudeau, cette jeune femme blessée au visage par un policier jeudi dernier, dénonce la répression «intense et inouïe» des policiers de Québec, et affirme que «l’armement de la Ville de Québec se rapproche de Ferguson».

«Nous dénonçons la répression du droit de manifester et la violence de l’intervention policière», affirme dans un communiqué l’association étudiante, à propos des interventions de l’antiémeute du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) lors des manifestations contre l’austérité de la semaine dernière. «Nous sommes “contre toute brutalité policière“ et “contre toutes les formes de violence physique et psychologique délibérées qui menacent l’intégrité d’un individu en lien avec le conflit étudiant”.»

«Morsures de chien, coups de matraque, bombes lacrymogènes lancées à courte portée, poivre : l’armement de la Ville de Québec se rapproche de Ferguson», soutient l’association et son coordonnateur, Simon Marcoux Piché, faisant référence à cette ville du Missouri où des affrontements se sont multipliés entre policiers et manifestants après la mort controversée du jeune Afro-américain Michael Brown, qui a été abattu par un policier en août 2014.

Revenant sur la manifestation de jeudi, lors de laquelle Naomie Tremblay-Trudeau a été blessée, l’association mentionne par ailleurs que «le rassemblement n’a jamais été une manifestation. C’est dire qu’une fois la manœuvre d’encerclement effectuée par le service de police, les avis de dispersion ne pouvaient qu’entrainer confusion et frustration, d’où les mouvements de foule imprévisibles. C’est à ce moment que l’étudiante Naomie, aussi exécutante au sein de l’AGECFXG, a reçu une capsule de gaz lacrymogène lors d’un tir de courte portée.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.