/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi créer notre propre registre des armes ?

Coup d'oeil sur cet article

Le cœur est parfois plus fort que la raison. C’est probablement ce qui explique pourquoi Québec veut injecter au moins 30 millions de dollars pour se doter de son propre registre des armes d’épaule même si la Cour suprême du Canada a autorisé Ottawa à détruire les données du défunt registre fédéral.

Soyons clair, je n’ai aucune arme à feu à la maison et je n’ai pas l’intention de m’en procurer une. Je me souviens également comme si c’était hier de la tuerie de l’école Polytechnique, qui m’a choquée et attristée au plus haut point. Je pense malgré tout que la création d’un nouveau registre est une perte de temps et une perte d’argent.

L’expérience au fédéral nous a démontré que les coûts d’un tel registre peuvent exploser très rapidement. Le registre fédéral sur les armes de chasse devait coûter au départ 2 millions, 10 ans plus tard, il avait finalement coûté plus de 2 milliards. Le gouvernement Couillard, qui tente par tous les moyens de sauver des sous pour atteindre l’équilibre budgétaire, n’est vraiment pas nerveux. Je suis même très surprise de voir que l’initiative est appuyée par tous les partis d’opposition, y compris la CAQ.

Pas d’incidence

Si au moins l’enregistrement des armes d’épaule avait eu une incidence sur le taux d’homicide! Ce n’est pas le cas. Et il y a plus de meurtres commis à l’arme blanche que de meurtres commis avec une arme de chasse. On n’a qu’à penser à Guy Turcotte, qui a assassiné ses deux enfants, ou du réserviste des Forces armées Guillaume Gélinas accusé d’avoir tué son père et sa belle-mère dans leur résidence de Terrebonne. Allons-nous pour autant créer un registre des couteaux coupants dans les maisons?

Richard Henry Bain, le tireur du Métropolis, possédait 22 armes, une seule n’était pas enregistrée. Ça ne l’a pas empêché d’agir. La fusillade au Collège Dawson a fait deux morts et une vingtaine de blessés. Le tireur, Kimveer Gill, possédait trois armes légales et enregistrées à son nom, dont une semi-automatique. Le registre l’a-t-il empêché d’agir?

Les policiers en faveur

Les policiers du Québec plaident souvent en faveur du registre des armes de chasse pour des raisons de sécurité. Pourtant, registre ou pas, dès qu’ils entrent un numéro de plaque ou une adresse, ils savent qui possède des armes, puisque tous les détenteurs de permis d’arme à feu sont fichés dans les bases de données policières. Et en tout temps, pour des raisons de sécurité, un permis peut être retiré.

Paradoxalement, le directeur québécois de l’Association canadienne des armes à feu est le frère d’une des victimes de la tragédie de Polytechnique. Claude Colgan l’a déjà dit sur plusieurs tribunes, il n’aime pas qu’on instrumentalise la mort de sa sœur Hélène pour monter des campagnes contre les détenteurs d’armes à feu. Mais de toute évidence, les élus de l’Assemblée nationale craignent d’être perçus comme des êtres insensibles. Ils préfèrent donc appuyer ce registre à tort ou à raison. Une décision purement politique qui n’a rien de rationnelle.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.