/opinion/columnists
Navigation

Les clowns de l’austérité

Coup d'oeil sur cet article

On va finir par croire que l’austérité est une farce. Difficile de penser autrement quand des fonctionnaires s’adonnent à une «session de perfectionnement» visant à «libérer le clown» qui dort en eux... Mais les commissions scolaires ont souvent péché par idiotie. Alors, même à l’heure de la rigolade, rien ne les empêchera de hausser les taxes sous prétexte qu’on les saigne à blanc... Les dindons de la farce seront toujours taxables.

Même soumis à des compressions budgétaires d’une cruauté sans précédent, le réseau scolaire garde le cap sur la dépense obligatoire. Et comme les formations sont nombreuses, on invite les fonctionnaires à dresser le bilan de leurs compétences en vue de futurs colloques. On les verra donc sans doute à Lévis un de ces jours...

Lassitude

On ressent tout de même une sorte de lassitude devant ce nouvel exemple d’égocentrisme bureaucratique. La colère serait pourtant d’autant plus justifiée que la formation en cause aujourd’hui s’adresse «aux responsables et aux membres du personnel des services de la technologie informatique».

Faire les clowns ne les empêchera malheureusement pas d’être roulés dans la farine par les coqs en pâte de CGI et d’IBM. Il y a de quoi frémir avant l’heure... Car d’un projet à l’autre, c’est le naufrage. On devrait d’ailleurs s’en inquiéter sérieusement au ministère des Finances, là où finissent, à la queue leu leu, les échecs financiers de toutes sortes.

Comité

Le «comité organisateur» est sous la bienveillante présidence de Carole Dallaire, de la Commission scolaire Marguerite Bourgeoys. Il s’appuie en région éloignée sur Stéphane Bilodeau, de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets. Il devra partager son expérience avec tout le Royaume, y compris Jean Tremblay! Son programme, lâ-lâ, précise que «rire seul, c’est bien, mais rire en groupe, c’est drôlement fou»... On espère de même de Jacques Veillet, de la Commission scolaire des Samares où, sans doute, on se marre...

En postant mon rapport d’impôt mardi, j’ai serré les dents en pensant qu’une fraction, fût-elle infime, de cette confiscation annuelle pourrait permettre à une brochette de forts-en-thème de «réaliser le pouvoir qu’ils détiennent sur leur propre vie»... Peut-être que l’effet boomerang de la connerie se fera bientôt sentir et que personne ne croira plus à l’austérité. Sauf les naïfs.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.