/news/currentevents
Navigation

Dur coup pour les trafiquants de perchaudes

Les agents de protection de la faune ont réalisé leur meilleure prise depuis les années 1990 dans les Laurentides.
Photo Courtoisie Les agents de protection de la faune ont réalisé leur meilleure prise depuis les années 1990 dans les Laurentides.

Coup d'oeil sur cet article

LAURENTIDES | Un réseau de trafiquants de perchaudes qui sévissait sur le lac des Deux-Montagnes a été démantelé.

Une vingtaine d’agents de protection de la faune de l'Outaouais, des Laurentides et de la Montérégie ont travaillé durant deux ans pour mettre la main au collet de 13 personnes qui procédaient à la pêche et la vente illégale de poisson d’eau douce, principalement de la perchaude.

Les braconniers interpellés pratiquaient la pêche hivernale sur le lac des Deux-Montagnes, dans le secteur de Pointe-Calumet et Saint-Joseph-du-Lac. Des acheteurs en provenance de Sorel-Tracy sont également impliqués dans l’opération.

Le moratoire sur la perchaude au lac St-Pierre aurait incité les individus à venir s’approvisionner au nord de Montréal. Sur le marché noir, la perchaude est écoulée entre 10 $ et 14$ la livre.

Les acheteurs et les braconniers impliqués dans l’affaire font face à une cinquantaine de chefs d'accusation. D’autres accusations pourraient s'ajouter au cours des prochaines semaines en fonction de la preuve recueillie. S'ils sont reconnus coupables, les suspects sont passibles d'amendes avoisinant les 70 000 $. Le récidiviste quant à lui pourrait se voir imposer une peine plus lourde. L’estimation est calculée en fonction du nombre de transactions effectuées de part et d’autres par les fraudeurs.

Une grosse prise

Les pêcheurs opéraient depuis plusieurs années et étaient bien organisés. « C’est un bon coup pour nous, explique le lieutenant Daniel Venne, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs de Saint-Jérôme. Dans les Laurentides, le plus gros démantèlement d’un réseau semblable remonte aux années 90. »

Ce sont des plaintes du public qui ont conduit les agents à ouvrir un dossier. Les espèces en cause sont la perchaude, le crapet et le doré. Au total, 20 kilos de poisson ont été saisis. « Les quantités ne sont pas importantes précise le lieutenant Venne. Les braconniers avaient établi un marché de vente et écoulaient leur poisson au fur et à mesure que les commandes rentraient. Cela a un gros impact sur la pêche sportive parce que toutes les grosseurs de poisson étaient conservées pour être vendues. »

Dans une moindre mesure, des opérations similaires concernant la vente de poissons de contrebande ont eu lieu également dans les régions du Lac St-Pierre, de Montréal et de St-Jean sur Richelieu. Chaque braconnier interpellé pour pêche illégale fait face à une amende de 1825 $ plus frais dès la première infraction.