/news/politics
Navigation

Québec dépose une offre d’achat pour une partie des installations de la minière Cliffs Natural Resources

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, était de passage à Sept-Îles, lundi, pour discuter de l’important ralentissement économique vécu dans le secteur minier.
Photo Émy-Jane Déry Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, était de passage à Sept-Îles, lundi, pour discuter de l’important ralentissement économique vécu dans le secteur minier.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a déposé une offre pour devenir propriétaire d’une partie des installations de la minière Cliffs Natural Resources, qu’il souhaiterait ensuite placer dans une société en commandite, a confirmé lundi, à Sept-Îles, le ministre de l’Économie, Jacques Daoust.

Québec a débloqué un budget pour négocier l’achat d’une partie des installations de la minière Cliffs Natural Resources qui a annoncé la fin de ses opérations au Canada, en novembre. Quelque 600 emplois sur la Côte-Nord ont été perdus.

De passage à Sept-Îles pour rencontrer le comité d’urgence de Cliffs et visiter les installations du port de Sept-Îles, le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, a confirmé les démarches du gouvernement pour devenir propriétaire du chemin de fer Arnaud, sur lequel est transporté du minerai de fer jusqu’à Pointe-Noire, et également de certaines autres des installations d’expédition de Cliffs situées à Pointe-Noire.

«On sera en mesure de placer ça dans une société en commandite, où le gouvernement aura suffisamment de contrôle pour faire en sorte qu’on ne revivra jamais la situation qu’on a vécue au cours des dernières années», a fait valoir le ministre Daoust. Le port de Sept-Îles est un des potentiels partenaires de la société en commandite, alors que le ministre a fait savoir que d’autres institutions s’étaient également montrées intéressées.

Pour ce qui est de la mine du lac Bloom, près de Fermont, Investissement Québec poursuit son mandat visant à trouver un repreneur. « On ne nationalisera pas une mine, mais on va travailler fort à trouver des repreneurs structurés», a indiqué M Daoust.

Être prêt pour la reprise

Alors qu’il est actuellement sous la barre des 50$, les spécialistes prévoient que le prix de la tonne de minerai de fer franchira les 40$ cette année. Le ministre de l’Économie est d’avis qu’il est important de se positionner pour la reprise de cette industrie cyclique.

«J’ai été un gestionnaire de portefeuilles pendant plusieurs années. Il y a une vieille règle qui dit que tu achètes quand c’est bas et tu vends quand c’est haut. Actuellement, le marché est bas. La valeur de l’actif dont je ferai l’acquisition valait beaucoup plus cher en 2010. Si on parle d’une reprise dans 2 ans ou 3 ans, le temps est bon», a-t-il expliqué.

De plus, le ministre croit que Sept-Îles et ses installations sont bien positionnés pour faire économiser sur les coûts de production des minières et les rendre plus compétitives.

«Le port, ici, actuellement avec les Chinamax et le nouveau quai peut faire économiser jusqu’à 10$ la tonne, c’est énorme ça. Si on est capable de rabattre les coûts comme ça, quand le prix baisse on demeurera encore profitable chez nous et on se battra contre les cycles économiques de façon efficace», a souligné M Daoust.