/sports/hockey/canadiens
Navigation

Souvenirs d’enfance

Coup d'oeil sur cet article

Enfants, ils s’imaginaient tous soulever la coupe Stanley. Jacob de la Rose ne dormait pas la nuit pour suivre les matchs des Red Wings, Max Pacioretty vibrait au rythme des Rangers en 1994 et Brendan Gallagher a eu le cœur brisé en 2006 quand les Oilers ont perdu en finale face aux Hurricanes. Neuf joueurs du CH racontent leurs meilleurs souvenirs de jeunesse, à l’époque où ils étaient encore des partisans.

Photo d'archives

1993 « Je me souviens exactement où j'étais quand le Canadien a gagné la coupe Stanley de 1993. J'avais 10 ans et j'étais chez un de mes oncles. On avait regardé ça toute la famille ensemble. Je me souviens de tout le parcours. Le recul de 0-2 contre Nordiques, les Sabres, les Islanders et les Kings avec Wayne Gretzky et le bâton de Marty McSorley. Quand les Islanders ont sorti les Penguins, on savait qu'on allait gagner. On ne sait pas encore, mais qui aurait cru qu'il faudrait 22 ans au Canadien avant de gagner une autre coupe Stanley. » – Pierre-Alexandre Parenteau

Photo d'archives
1994  « Les séries de 1994 avec la conquête de la coupe Stanley des Rangers. Je regardais chacun des matchs. Je dirais que le tir de punition de Pavel Bure contre Mike Richter est mon plus beau souvenir. C’était lors du quatrième match de la finale. Richter avait fait l’arrêt. Je n’avais pas vu de match au Madison Square Garden, j’étais trop jeune. Mais, je me rappelle que je regardais les matchs dans le sous-sol de la maison avec mon père. J’avais ensuite reçu en cadeau la cassette VHS des meilleurs moments des séries de 1994 avec les Rangers. J’ai regardé ce vidéo une fois par jour pendant plus d’un mois. Mark Messier, Brian Leetch, Alex Kovalev, Adam Graves et Richter étaient mes joueurs préférés. »  – Max Pacioretty
 
Photo d'archives

1997 « Comme je viens de la région de Detroit, je regardais toujours les Red Wings. Les deux conquêtes d’affilée des Wings en 1997 et 1998 restent gravées dans ma mémoire. J’aimais Nicklas Lidstrom, Steve Yzerman et Sergei Fedorov. Je restais à environ 40 minutes du Joe Louis Arena, mais je n’assistais pas aux matchs sur place. » – Greg Pateryn

Photo d'archives

2000 « Difficile à dire parce que je n'ai jamais vraiment eu d'équipe favorite. Mais les confrontations entre les Red Wings et l'Avalanche ont toujours été plaisantes à regarder. » – Carey Price

Photo d'archives
2001 « Je dirais la vidéo de la LNH quand les joueurs ne trouvent pas un seul mot pour décrire le sentiment de gagner la coupe Stanley. C’est tellement un moment fort et classique. Je me souviens quand Raymond Bourque avait soulevé la coupe après plusieurs années d’attente. Il pleurait de joie. C’est un instant impossible à oublier. J’aimerais maintenant vivre ce moment magique. J’ai passé plusieurs années en Europe, je ne pouvais donc pas voir facilement les matchs à la télévision. Je regardais parfois la reprise le lendemain de la rencontre ou j’obtenais des permissions spéciales pour me coucher très tard. Mes parents avaient toujours le câble en Europe pour voir le hockey. » – Alex Galchenyuk
 
Photo d'archives

2003 « Étant donné que je suis originaire du Minnesota, je dirais la première fois que le Wild s'est rendu en séries. Même s'ils étaient négligés, ils avaient atteint la finale d'association. C'était plaisant de voir l'équipe qui représentait ma région se rendre aussi loin en séries éliminatoires. C'est l'année où le Wild a battu l'Avalanche en première ronde. Un but en prolongation lors du septième match (by the way, ce fut le dernier match de Patrick Roy). Je suis trop jeune pour me rappeler la présence des North Stars en finale contre les Penguins (en 1992). J'avais 9 ans. En fait, je m'en souviens vaguement, mais j'étais trop jeune pour en comprendre toute la signification. » – Tom Gilbert

Photo d'archives
2006 « Dans ma jeunesse, j’étais un partisan des Oilers. Je me souviens parfaitement de leur dernière participation à la finale de la Coupe Stanley en 2006. Comme je suis né en 1992, je n’ai pas connu la glorieuse époque des Wayne Gretzky et Mark Messier. Pour la finale de 2006, j’avais 14 ans. Mes parents me donnaient la permission de me coucher plus tard pour regarder les matchs de la finale contre les Hurricanes. Le lendemain, je m’endormais sur mon bureau à l’école. C’était une période tellement excitante. Je me souviens de la blessure à Dwayne Roloson dès le premier match. » – Brendan Gallagher
 
Photo d'archives

2008 « Oh, c’est une question difficile de choisir juste une série. Je choisis le premier tour des séries en 2008 entre le Canadien et les Bruins. Le CH avait fini au 1er rang dans l’Est et les Bruins au 8e rang. On croyait à une victoire facile de Montréal, mais le Canadien l’avait finalement emporté en sept matchs. L’année suivante, on avait inversé les rôles. Les Bruins avaient terminé au sommet dans l’Est et le Canadien au 8e rang. Boston avait savouré une douce revanche en balayant Montréal. J’avais moins aimé cette série. Je l’ai dit souvent, j’étais un immense fan de Montréal plus jeune, même si je viens de Winnipeg. Je dois cet amour pour le Canadien à mon père. » – Dale Weise

Photo d'archives
2008 « Je dirais la dernière conquête des Red Wings. Ils avaient toujours une bonne équipe quand j’étais plus jeune. Je regardais toujours Nicklas Lidstrom. Il a gagné le Norris tellement souvent et je cherchais à le copier. » – Nathan Beaulieu
 
« Je me souviens des deux finales d’affilée entre Pittsburgh et Detroit. Je garderai toujours en tête la conquête des Red Wings en 2007. Les Wings misaient sur plusieurs joueurs suédois et j’encourageais cette équipe. Il y avait une tradition familiale chez nous. Nous pouvions regarder les matchs de la finale en direct même si les rencontres se déroulaient en pleine nuit en Suède. Je regardais les matchs avec mon père et mon frère. Pour le cinquième match de la finale en 2007, les Penguins avaient gagné en troisième période de prolongation. Très rapidement après le but gagnant, je m’étais préparé pour partir à l’école. Je n’avais même pas dormi. J’avais peur de manquer la fin du match, aucune des deux équipes ne voulait marquer. Detroit avait remporté le match suivant pour finalement gagner la coupe. » – Jacob de la Rose