/homepage
Navigation

Elle perd 100 livres et sa bague de mariage

Coup d'oeil sur cet article

MIRABEL – Une femme de 29 ans a ému les réseaux sociaux en demandant aux gens de l’aider à retrouver ses alliances qu’elle a perdues après avoir maigri de 100 livres. Depuis lundi, son message a été vu par près de 650 000 personnes.

Marie-Andrée Jasmin est inconsolable depuis qu’elle a égaré le symbole qui l’unit à son mari. Elle s’est rendue compte qu’elle avait perdu ses alliances en changeant la couche de sa fille Emma-Rose. «Je me suis mise à paranoïer et je n’arrête pas de pleurer.» Elle a cherché dans toute la maison. Elle est retournée partout où elle a fait ses commissions dans la journée sans rien trouver. Son mari a passé la nuit à chercher.

Son histoire a pourtant débuté comme dans un conte de fées. Dès qu’elle a rencontré André Junior Desjardins le 31 décembre 2008 elle s’est dit : « Lui, c’est mon homme.» En août 2009, André lui a offert une bague de fiançailles. Le mariage a eu lieu en 2011. Depuis, la petite Emma-Rose, 19 mois est apparue dans leur vie. Mais il aura fallu un sérieux régime pour que la fécondation ait lieu.

« Mon mari m’acceptait telle que j’étais, mais moi je n’étais plus capable de me voir. Je pesais 350 livres quand je l’ai rencontré. Je me suis mariée à 320 livres. On essayait d’avoir un bébé, mais ça ne marchait pas. Avant ma première grossesse, j’ai perdu 70 livres. Comme je suis enceinte et que j’allais engraisser, j’ai décidé d’attendre pour faire rapetisser mes bagues», confie la maman.

Appel aux bons samaritains

Après la mésaventure, son conjoint lui a proposé de mettre une annonce sur Spotted St-Eustache. Depuis, sa demande a été partagée 17 000 fois et vue par plus de 635 000 personnes.

« Je suis vraiment émue de voir que mon histoire touche autant de gens. Ça me redonne espoir en l’humanité. Mes alliances valent 2500$, mais ce n’est pas tout le monde qui va penser qu’elles ont plus une valeur sentimentale que monétaire. C’est difficile pour moi. Comme je suis enceinte d’un deuxième enfant, je suis encore plus émotive et je pleure souvent. »

Photo Nathalie Deraspe et Courtoisie