/sports/others
Navigation

Jérôme Desrosiers s’illustre à Toronto

Jérôme Desrosiers
Photo Ernest Doroszuk

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Jérôme Desrosiers a fait belle figure à la première édition du All Canadian Basketball Game, qui a regroupé les 24 meilleurs joueurs de niveau secondaire au pays.

Âgé de 17 ans, Jérôme Desrosiers n’a pas semblé intimidé par le prestige de cette rencontre qui a lieu mardi soir à Toronto et qui était diffusée sur la première chaîne de TSN.

Festival de « dunks »

L’ailier de 6 pi 6 po natif de Saint-Hyacinthe a réussi un «double double»: il a marqué 14 points, dont 4 «dunks», et capté 13 rebonds en 33 minutes de jeu.

«Ça s’est super bien passé. Je me suis amusé, j’ai eu du fun. Quand j’ai réussi mon premier dunk [dès le début du match], ç’a enlevé de la pression», a dit Desrosiers en entrevue téléphonique immédiatement après la rencontre que son équipe, les «Blancs», a finalement perdue, 99 à 95. contre les «Rouges».

Sa dynamique performance a plu à plusieurs des 60 recruteurs de la NBA qui étaient sur place.

Jérôme Desrosiers a pu serrer la main de nul autre que Steve Nash avant la rencontre.
Photo AFP
Jérôme Desrosiers a pu serrer la main de nul autre que Steve Nash avant la rencontre.

«On m’a dit que les scouts de la NBA avaient vraiment aimé la façon dont je jouais», a confié Desrosiers, qui était également bien impressionné de pouvoir serrer la main de Steve Nash avant la rencontre.

Excellent calibre de jeu

Sélectionné par un comité pancanadien pour faire partie des 24 meilleurs joueurs de 16 à 18 ans au pays – dont quatre joueurs étrangers évoluant au Canada –, Jérôme Desrosiers a apprécié le calibre de jeu.

«C’était physique, les gars sont grands. Moi, à 6 pi 6 po, je ne suis pas si grand que ça. Mais on joue au basket pour affronter les meilleurs et c’était ça. Ce sont les meilleurs joueurs du ­Canada», a affirmé celui qui évolue pour Northfield Mount Hermon, une réputée «prep school» américaine.

Le Québécois a particulièrement été impressionné par un de ses coéquipiers, l’un des deux joueurs par ­excellence du match, Jamal Murray.

«Je pense que c’est un des meilleurs joueurs que j’ai vus jouer. Il a eu 29 points, 8 rebonds et 10 passes décisives, une affaire de fou! C’est sûr qu’il va jouer dans la NBA», a-t-il prédit.

Durant la partie, Desrosiers a été opposé à plusieurs reprises à Ton Maker, l’espoir soudanais de 7 pi 1 po qui joue en Ontario et qui attire déjà les regards de nombreuses équipes de la NCAA et de la NBA.

«Il est impressionnant. Il est très fort physiquement et c’est un bon lanceur», a dit Desrosiers. Toutefois, ce ne fut pas un match facile pour Maker, qui n’a réussi que 8 points (2 en 13 du terrain et 0 en 3 de la ligne des 3 points) et capté 6 rebonds en 28 minutes de jeu.

Outre Desrosiers, un autre joueur québécois était de la partie. Jordy Tshimanga, un centre montréalais de 6 pi 10 po évolue pour The MacDuffie School, au Massachusetts. Il a inscrit huit points et capté deux rebonds en 17 minutes de jeu.

Nouvelle tradition

Cette première édition du All ­Canadian est largement inspirée de la célèbre McDonald’s All-American Game, qui depuis 1977 fait la promotion du talent exceptionnel des meilleurs joueurs de niveau secondaire aux États-Unis.

Au fil des ans, ce match d’étoiles américain a fait découvrir aux amateurs les futures vedettes de la NBA. Magic Johnson (1977), Michael Jordan (1981), Shaquille O’Neal (1989), Kobe Bryant (1996) et LeBron James s’y sont tous illustrés.

 


La NBA en rafales

Enfin les séries !

Les séries s’amorcent samedi et les Spurs de San Antonio y participeront pour la 18e année de suite. Les Cavaliers de Cleveland y seront pour la 1re fois depuis le départ de LeBron James, en 2010.

Quant à la précédente équipe du «King», le Heat de Miami, il a été éliminé mardi soir après avoir représenté l’Est au cours des quatre dernières finales de la NBA et gagné le titre à deux reprises (2012, 2013).

 

(+) Paul George

Ayant raté toute la saison après s’être fracturé la jambe en août dernier, ­l’ailier de 6 pi 9 po des ­Pacers de l’Indiana a réussi son premier «dunk» de la saison, dimanche.

(-) Knicks de New York et Magic d’Orlando

Samedi dernier, lors du deuxième quart, New York a eu le dessus sur ­Orlando 8 à 7. C’est le plus petit total de points ­marqués en un seul quart de toute l’histoire de la NBA.

 

Quelques Statistiques

Équipes ayant été les plus affectées par les blessures (matchs ratés/joueurs)

  1. Minnesota (415)
  2. Houston (385)
  3. Toronto (373)
  4. Miami (370)
  5. Orlando (368)

Équipes ayant été les moins affectées par les blessures (matchs ratés/joueurs)

  1. Denver (253)
  2. Philadelphie (254)
  3. San Antonio (257)
  4. Dallas (263)
  5. Clippers de Los Angeles (265)

Source : ManGamesLost.com