/opinion/columnists
Navigation

Comment noyer le poisson

Coup d'oeil sur cet article

Pour faire oublier le «Vidange Gate» qui affectait 8 % des citoyens de Québec, Régis Labeaume a décidé d’offrir un nanane à tous les autres citoyens dont les déchets étaient ramassés aux deux semaines l’hiver. Une mesure qui n’avait pas fait réagir autant dans les médias que l’accumulation des ordures dans les quartiers centraux de Québec, mais qui était quand même à l’origine de 8 000 plaintes en un an. Tant que Régis Labeaume sera maire de Québec, il promet donc que les déchets seront recueillis chaque semaine dans les arrondissements de sa ville.

La saga des vidanges

Quant à la véritable saga des ordures au centre-ville, elle est loin d’être réglée. Ce que le maire a décidé, c’est exactement ce qu’il recommandait aux citoyens cette semaine, soit de faire ce qu’ils veulent. Les citoyens pourront continuer de disposer de leurs déchets comme bon leur semble et à l’heure qu’ils voudront. Pas d’amendes sauf dans des cas exceptionnels et les déchets seront encore ramassés en fin de soirée.

Ce dossier a été mal géré et j’ai l’impression qu’il continue de l’être. On a fait preuve d’improvisation en parlant d’amendes pour les contrevenants.

Je prédis que lundi, les rues du centre-ville auront encore l’air d’un dépotoir à ciel ouvert. Malgré l’arrivée du beau temps, ça ne donnera pas le goût aux clients d’aller siroter un verre sur les terrasses entre deux sacs de poubelles. Malgré tout, le maire minimise la crise. Pour Régis Labeaume, ce n’est pas une «catastrophe», car seulement 2 % de la population serait réellement affectée. A-t-il oublié les touristes et tous les gens qui travaillent dans le secteur? Pourtant jeudi, le maire reconnaissait avoir oublié les «humains» dans la saga des poubelles. Il avait même fait son mea culpa et promettait de corriger le tir. Je m’attendais à plus.

Son expérience d’éboueur

Régis Labeaume a aussi raconté en conférence de presse qu’en recueillant les ordures à 23 h mardi soir dans le quartier Petit Champlain, il avait eu peur de recevoir des projectiles par la tête parce que l’opération était trop bruyante. Pourtant, il n’apporte aucun changement à l’horaire de la collecte, du moins pas à court terme. Il dit être en négociation avec le vidangeur qui a obtenu le contrat. Il prétend que les changements se feront quand même à coût nul. Permettez-moi d’en douter.

Ce dossier a été mal géré et j’ai l’impression qu’il continue de l’être. Compte tenu de l’ampleur du changement pour les citoyens touchés, un réel projet-pilote avec un échantillonnage beaucoup plus petit aurait dû être fait et analysé avant même de modifier le contrat de ramassage dans les quartiers centraux. On se serait rapidement rendu compte que ça ne fonctionnait pas ou qu’il fallait améliorer certains points avant d’aller plus loin.

Au lieu de cela, on a fait preuve d’improvisation en parlant d’amendes pour les contrevenants sans qu’on ait testé la nouvelle mesure, ce qui a mis le feu aux poudres. Malheureusement, de toute évidence, le dossier n’est pas encore réglé, puisqu’il n’y a pas plus de règles aujourd’hui. J’ai bien hâte de voir comment le maire va réussir à se sortir la tête des vidanges.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.