/slsj
Navigation

Deux Saguenéens en lice à Cannes

Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné participeront à la Quinzaine des réalisateurs

En plein tournage de Bleu Tonnerre, le court métrage de Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné mettant en vedette Dany Placard, Sandrine Bisson, Isabelle Blais et Louis Champagne.
Photo Courtoisie En plein tournage de Bleu Tonnerre, le court métrage de Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné mettant en vedette Dany Placard, Sandrine Bisson, Isabelle Blais et Louis Champagne.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir été couronnés de succès lors du festival Regard sur le court métrage à Saguenay, les réalisateurs d’ici Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné ont une fois de plus de quoi se réjouir. Leur court métrage Bleu Tonnerre a été sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

Les deux amis et collègues ont appris une excellente nouvelle, lors des derniers jours. Leur court métrage Bleu Tonnerre a été sélectionné par la Quinzaine des réalisateurs de Cannes, une section parallèle non compétitive du Festival de Cannes visant à faire découvrir des cinéastes de talent.

«C’est une consécration. On est heureux et on avait hâte de partager ça avec le public», affirme Jean-Marc E. Roy, puisque la nouvelle était sous embargo depuis plus d’une semaine. Les deux cinéastes se sont déjà rendus à Cannes par le passé, mais ils figurent pour la première fois parmi une sélection du jury. «C’est nous qu’ils vont venir chercher à l’aéroport! C’est notre court qui figure parmi les 11», s’exclame Philippe-David, excité.

Avis mitigés

Ainsi, leur drame musical d’une durée de 21 minutes mettant en vedette Dany Placard, dans la peau de Bruno, un trentenaire en mal de rêve mis à la rue après une rupture, aura vraisemblablement plu aux membres du jury. «La simplicité des performances des comédiens et l’universalité du propos sont probablement les points forts du film. Faut dire qu’ils chantaient directement sur le plateau», souligne Jean-Marc.

«Je pense que c’était novateur de se pencher sur les questionnements d’un homme de la mi-trentaine», pense Philippe-David.

Pourtant, même si leur œuvre s’est mérité quelques prix au festival Regard sur le court métrage à Saguenay et au gala Prends ça court!, elle a aussi été boudée par plusieurs festivals. «C’est mitigé. On a même dû déposer notre projet à quatre reprises à la SODEC avant qu’elle accepte de le financer», nous apprend Jean-Marc.

Projets solos

Même s’ils adorent travailler ensemble, les deux réalisateurs planchent respectivement sur leur premier long métrage. «Ça fait deux ans que j’écris une fiction, je commence la production à l’automne. C’est un dynamiteur de La Baie qui aura la garde de son fils qu’il ne connaît pas vraiment», précise Philippe-David

Pour Roy, il s’agira plutôt d’un documentaire, dont la moitié du financement nécessaire à sa production est déjà assurée.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.