/news/politics
Navigation

Trudeau copie la stratégie Obama

Justin Trudeau
Photo d'archives Reuters Tout comme Barack Obama, le chef libéral Justin Trudeau pourrait faire de l’inégalité sociale, la pierre angulaire de sa campagne.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Justin Trudeau va s’inspirer de la stratégie de la dernière campagne de Barack Obama pour battre Stephen Harper aux prochaines élections fédérales, rapporte Bloomberg News.

Le débat sur l’inégalité des revenus chez les Canadiens sera le cheval de bataille de la campagne électorale du jeune chef libéral, selon l’agence de presse américaine spécialisée dans l’économie et la finance.

C’est la stratégie qu’a adoptée Barack Obama en 2012.

«Fils millionnaire d’une icône politique, Justin Trudeau, 43 ans, veut devenir le deuxième plus jeune premier ministre du Canada aux élections d’octobre prochain en misant sur l’inégalité grandissante des classes sociales, blâmant l’inégalité des revenus et la stagnation économique», écrit le correspondant à Ottawa de Bloomberg News.

L’article donne l’exemple de la clôture qui longe le boulevard de l’Acadie à Montréal pour illustrer ce clivage entre les riches et les pauvres.

D’un côté, les maisons cossues de ville Mont-Royal et, de l’autre, les familles de Parc-Extension, dont plusieurs comptent sur les programmes gouvernementaux pour survivre.

Message accrocheur

«Comme Obama, Trudeau a besoin d’un message qui résonne avec les électeurs urbains et les régions manufacturières qui ont le plus souffert de la récession, et où le ressentiment de la dépendance croissante du Canada envers l’effondrement des cours de l’énergie a été le plus élevé», écrit Bloomberg News.

Le média américain mentionne aussi l’économiste canadien Miles Corak, devenu conseiller de Justin Trudeau l’an dernier.

M. Corak a grandement influencé l’administration Obama avec son travail sur le lien entre la mobilité sociale, soit la possibilité pour les enfants de familles pauvres de gravir les échelons, et le niveau d’inégalité d’un pays. C’est ce qu’on appelle la courbe «Great Gatsby».

«Le succès de Trudeau dépendra de sa capacité à toucher les électeurs avec la question de l’inégalité», conclut Bloomberg News.