/news/health
Navigation

Un groupe propose de déménager l'Hôtel-Dieu de Québec sur le campus de l'Université Laval

Université Laval
© Photo d’archives, René Baillargeon

Coup d'oeil sur cet article

Des professeurs retraités de l'Université Laval proposent le déménagement de l'Hôtel-Dieu de Québec sur le campus universitaire, un choix beaucoup plus avantageux, selon eux, que le mégahôpital projeté à l'Enfant-Jésus.

Le groupe suggère parallèlement de préserver un centre de soins dans le Vieux-Québec. Il est constitué de quinze anciens professeurs en génie, informatique, géologie, actuariat, notamment. On ne retrouve aucun médecin et c'est voulu, afin que le groupe ne puisse être qualifié de «juge et partie» dans le dossier en jeu, précisent les signataires dans leur mémoire adressé au ministre de la Santé, ainsi qu'à différents décideurs de la capitale, dont le maire Régis Labeaume.

Ces professeurs retraités demandent qu'une étude de faisabilité soit entreprise rapidement. Ils font entre autres valoir que la qualité du sol est nettement supérieure sur le campus de l'Université Laval qu'à l'Enfant-Jésus, permettant plus aisément la construction de bâtiments en hauteur et de stationnements souterrains multi-étages.

Vulnérabilité du sol

Sur les terrains de l'Enfant-Jésus, la prise en compte de la vulnérabilité du sol en cas de tremblement de terre risque d'être «extrêmement coûteuse», argue-t-on. Le groupe voit entre autres avantages de transposer l'Hôtel-Dieu de Québec sur le campus, un hôpital à échelle humaine, une gestion moins lourde, de même qu'une meilleure synergie entre la recherche, l'enseignement et les soins.

«Une complémentarité s'installera entre, d'une part, les trois hôpitaux (CHUL, IUCPQ et le nouvel hôpital) et les trois centres de recherche situés dans un rayon de moins de deux kilomètres et, d'autre part, le campus d'enseignement et de recherche de l'Université Laval», soumet le groupe de professeurs retraités.

«Chance unique»

«L'Université Laval a une chance unique de se mettre en valeur et de se hisser dans le peloton de tête pour de nombreuses années, alors que le gouvernement québécois a l'intention d'investir plus de 2,5 milliards$ pour un nouvel hôpital universitaire», souligne-t-il.

Selon ces anciens professeurs, le projet actuel est «mal lancé» et il «nous dirige vers des coûts qui risquent de faire éclater les estimations initiales hâtives».

Le gouvernement québécois a consenti 33 millions$ pour l'élaboration du dossier d'opportunité visant à confirmer les besoins et le budget du futur complexe hospitalier à l'Enfant-Jésus. Il maintient que le projet ne devra pas dépasser 2,1 milliards.

Réaction

La direction du CHU de Québec affirme de son côté que «tout le monde a droit à son opinion». «Le projet à l'Enfant-Jésus avance rondement. On est dans une perspective de regroupement et non d'un nouvel hôpital. D'ailleurs, l'Université Laval s'est positionnée en faveur du site de l'Enfant-Jésus», commente la porte-parole du CHU de Québec, Geneviève Dupuis.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.