/sports/others
Navigation

Élimination humiliante

Kyle Lowry et les Raptors de Toronto n’ont pas fait long feu face aux Wizards de Washington.
Photo USA Today Sports Kyle Lowry et les Raptors de Toronto n’ont pas fait long feu face aux Wizards de Washington.

Coup d'oeil sur cet article

Après une saison record de 49 victoires, tous les espoirs étaient permis en séries éliminatoires pour les Raptors de Toronto. Mais voilà qu’ils se sont fait «balayer» par les Wizards de Washington dès le premier tour.

Après une saison record de 49 victoires, tous les espoirs étaient permis en séries éliminatoires pour les Raptors de Toronto. Mais voilà qu’ils se sont fait «balayer» par les Wizards de Washington dès le premier tour.

Pourtant, tout était en place pour permettre aux Raptors d’améliorer leur sort en séries comparativement à l’an dernier où ils s’étaient inclinés, in extremis, en sept matchs contre les Nets de Brooklyn, lors de la première ronde.

D’abord, ils ont connu une saison de 49 victoires – une de plus que l’an passé – et 33 défaites leur permettant de remporter un deuxième titre de division Atlantique consécutif et de terminer au quatrième rang dans l’Est. C’était la première fois dans l’histoire des Raptors qu’ils remportaient un nombre aussi élevé de victoires.

Puis, même s’ils se sont inclinés contre les Nets au printemps 2014, l’expérience acquise lors de ces sept parties de séries éliminatoires âprement disputées permettait de croire que les joueurs des Raptors allaient être beaucoup plus à l’aise durant cette «deuxième saison».

Alors, comment expliquer cette fin de saison abrupte et surtout, cette humiliante contre-performance lors du premier tour des séries contre les Wizards de Washington?

Des difficultés dès février

Après avoir connu un excellent début de saison leur permettant de terminer l’année 2014 avec une impressionnante fiche de 24-8, les Raptors ont commencé à montrer des signes d’essoufflement dès l’arrivée de 2015.

Le mois de février a particulièrement été difficile alors que les Raptors n’ont gagné que quatre rencontres en 11 matchs. Mars n’a guère été mieux avec sept gains en 15 parties.

Casey avait raison

Face à cette baisse de régime, les joueurs des Raptors se sont faits rassurants en disant que ça se replacerait en séries.

Mais leur entraîneur, Dwane Casey, n’était pas dupe. Depuis janvier, il a constamment répété que ses joueurs devaient être meilleurs défensivement et qu’ils devaient mieux jouer collectivement à l’offensive.

Si en saison régulière, les Raptors ont pu compenser leurs difficultés défensives (19e rang dans la NBA avec une moyenne de 100,9 points accordés à l’adversaire par match) avec leur flair offensif (4e rang avec 104 points marqués/match), la réalité fut bien différente en séries.

En quatre parties contre les Wizards (46-36) qui avaient fini au cinquième rang dans l’Est, les Raptors leur ont accordé une moyenne de 110,3 points par match et n’ont marqué que 96,3 points par match.

Et face à cette adversité, les Raptors n’ont pas su s’adapter collectivement. Plutôt, ils ont opté pour du jeu individuel comme en témoigne leur moyenne de 19,5 passes décisives par match, les plaçant au 13e rang des 16 équipes participant aux séries. Washington est premier avec presque sept passes décisives de plus par match que Toronto.

Chapeau aux Wizards

Bien qu’ils n’étaient pas les favoris pour l’emporter – ils avaient perdu leurs trois matchs de saison régulière contre les Raptors -, les Wizards ne sont pas arrivés à Toronto la queue entre les deux jambes. Ils ont amorcé la série en battant les Raptors deux fois de suite devant leurs partisans.

Puis de retour à Washington, les Wizards ont continué leur travail de démolition, ajoutant deux autres victoires, dont la dernière par 31 points, éliminant et humiliant du même coup les Raptors.

 
 

La NBA en rafales

La confrontation de la semaine

Ce soir, 21 h 30

Clippers de Los Angeles (2-3) contre Spurs de San Antonio (3-2)

Ce duel entre les Spurs (no 6), champions en titre, et les Clippers (no 3) est certainement l’une des meilleures séries de cette première ronde éliminatoire de la NBA. Les Spurs pourraient toutefois y mettre fin ce soir, puisqu’ils mènent la série 3-2.

 

(+) Stephen Curry

Le meneur des Warriors de Golden State a marqué 39 points, samedi, permettant aux siens de vaincre les Pelicans de La Nouvelle-Orléans 109-95 et de les éliminer en quatre parties.

(-) Kevin Love

Ayant subi une dislocation de l’épaule gauche dimanche, contre les Celtics de Boston, l’ailier de puissance de 6 pi 10 po des Cavaliers de Cleveland devrait rater le reste des séries.

 

Quelques Statistiques

Meilleures équipes défensives en séries (moyenne de points accordés par match)

  1. Chicago (93)
  2. Memphis (94)
  3. Cleveland (94,8)
  4. Washington (96,3)
  5. Milwaukee (97)
Meilleures équipes offensives en séries (moyenne de points marqués par match)
  1. Houston (114,2)
  2. Washington (110,3)
  3. Dallas (110)
  4. Golden State (108,8)
  5. Cleveland (104)

* Matchs d’hier non compris