/news/education
Navigation

La CSDM prévient les parents qu'elle devra couper

Catherine Harel-Bourdon
Photo Le Journal de Montréal, Sarah-Maude Lefebvre La présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon.

Coup d'oeil sur cet article

La Commission scolaire de Montréal a prévenu les parents qu’elle devrait couper dans de nombreux services aux élèves pour répondre aux restrictions budgétaires imposées par le gouvernement.

«Le gouvernement impose en effet au réseau scolaire public des coupes de l’ordre de 350 millions $ (...) Il devient évident qu’il n’y a aucun moyen de procéder à des compressions de cet ordre sans toucher au personnel qui travaille dans nos établissements (...) Il devient difficile de couper là aussi sans nuire carrément à la bonne marche de nos établissements », explique la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon.

Les commissions scolaires estiment à 350 millions les compressions réclamées par le gouvernement Couillard. 

La CSDM entend donc, entre autres, réduire le service de transport scolaire, réduire la portée des services alimentaires en diminuant le nombre d’établissements qui y auront droit, supprimer plusieurs postes de conseillers pédagogiques, de directions adjointes, de techniciens en éducation spécialisée, et abolir les budgets versés aux organismes de participation des parents (OPP) qui financent par exemple les bals de finissants.

« Soyez assurés que le Conseil des commissaires mesure l’impact des décisions qu’il est contraint de prendre et qu’il demeure tout à fait conscient des conséquences que les choix budgétaires du gouvernement pourraient avoir sur les élèves, leurs parents, les communautés et le personnel de la CSDM », précise la lettre.

Plusieurs parents ont vivement réagi sur les réseaux sociaux à la suite de cette lettre.

« Couper dans l'éducation, cela s'appelle tuer un pays que faut-il de plus pour une révolution? », a écrit Catherine Didelot sur Facebook.

« Je suis dans le milieu scolaire et j'ai honte... De quoi ça va avoir l'air dans 5 ans? 10 ans? », dit quant à elle Annie-Paule Grégoire.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.