/opinion/blogs
Navigation

Imaginez Montréal... sans métro.

METRO stm ligne jaune
Photo Archives / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Régulièrement, les sociétés de transport collectif vont sur la place publique pour dire à quel point elles manquent de moyen pour faire leur travail efficacement. Qu’il s’agisse de la STM, de la STL, de la RTL ou de la RTC, elles expliquent qu’elles ne peuvent donner le service pour lequel elles existent, c’est-à-dire transporter des gens à travers leur territoire du point A au point B de façon efficace, sécuritaire... et confortable.

Loin de moi l’idée de les contredire. En effet, ces sociétés manquent cruellement de moyens. Leurs infrastructures vieillissent et contrairement aux routes et aux ponts que les gens considèrent essentiels et où les gouvernements investissent massivement, il semble moins pressant aux yeux de bien du monde de financer le transport collectif.

Imaginez maintenant un seul instant comment serait la circulation à Montréal si le métro devait définitivement fermer ses portes, faute de financement. En tant qu'ardent promoteur de l'électrification des transports, je me dois de rappeler à quel point le métro est LE mode de transport le plus efficace et propre que nous ayons. Mais nous le prenons pour acquis. C'est pourtant là un des très bons coups du maire Jean Drapeau. 

Or, rien n'est jamais réellement acquis.

À preuve,

- Lorsqu’on regarde le manque chronique de moyens auquel fait face la STM pour remettre à niveau les stations de métro dont les installations posent problème du point de vue de la solidité et de la sécurité des infrastructures,

- Quand on regarde depuis combien de temps  la STM attend ses nouveaux wagons,

- Quand on sait que les infrastructures de la STM accusent un déficit d'entretien de près de $4 milliards,

- Quand on réalise que les usagers financent déjà plus de 45% des coûts de fonctionnement du métro et des autobus et que son service de la dette va doubler d'ici 2019.

On ne peut pas être rassuré.

Quoi, vous croyez que l’échangeur Turcot, le pont Champlain ou le pont tunnel Louis-Hyppolite Lafontaine construits dans les années ’60 sont en piteux état et ont besoin de travaux majeurs, mais que le métro construit à la même période n’a en a pas besoin?

Un peu de sérieux!

Le métro AUSSI a besoin de travaux majeurs... pourtant pas grand’monde ne semble en faire de cas.

Pensez à ceci :

- Environ 700,000 personnes prennent le métro chaque jour.

- Au même moment, environ 160,000 voitures prennent le pont Champlain et 115,000 voitures prennent le pont Jacques-Cartier

- Comme il y a moins de 1,2 personne par voiture à l’heure de pointe à Montréal, on peut dire que sur ces 2 ponts circulent environ 330,000 personnes.

- Le métro en déplace donc plus du double.

Sachant cela :

- Que feriez-vous si on fermait les ponts Champlain et Jacques Cartier?

- Que feraient les camions de marchandise si le métro fermait, eux qui considèrent déjà la circulation actuelle comme problématique du point de vue de la congestion, des délais et des coûts que cela entraîne?

- Que feraient les automobilistes si on devait ajouter des centaines de milliers de voitures et/ou des milliers d’autobus à chaque jour? N’oubliez pas que ces voitures et ces autobus ne circuleraient pas sous terre, mais sur les mêmes rues que les piétons, les vélos, les autos et les camions! Où se stationneraient ces centaines de milliers de véhicules supplémentaires?

- Que feraient les hôpitaux avec tous ceux et celles dont les problèmes cardiaques, pulmonaires et de cancer augmenteraient à cause du fait que, plutôt que de se promener en métro électrique (le PLUS IMPORTANT mode de transport électrifié au Québec), 700,000 personnes supplémentaires se déplaçaient en VUS, voitures ou même en autobus diésel? J’imagine que vous n’êtes pas sans savoir que la combustion de l’essence et du diésel est une cause importante de tous ces problèmes de santé, non? 

- Que feraient les gens d’affaires, les entreprises, les petits commerçants, les étudiantes et étudiants ou les travailleurs et travailleuses si tout le monde se retrouvait pris dans ces gigantesques bouchons, bien pires encore que ce qu’on voit présentement? Vous avez déjà vu le bordel que cause une panne temporaire de métro sur une ligne? Imaginez maintenant ce que ce serait à tous les jours sans métro...

Et pourtant...

Pourtant, lorsque le ministre des transports Sylvain Gaudreault a annoncé en 2014 qu’il prenait $1 milliard des routes pour aider le transport collectif, des médias et certains élus ont poussé les hauts cris.

« Détournement de $1 milliard des routes vers le transport collectif » titrait La Presse AVANT la conférence de presse du ministre. Comme démagogie, on a rarement vu mieux. Et que dire de l’ineffable député Éric Caire qui évoquait l’effondrement des ponts sur la tête des automobilistes et qui parlait de "détournement de fonds" à cause qu’on augmentait le financement du transport collectif?

Pourtant, l’annonce du ministre faisait tout simplement en sorte que le financement du transport collectif passait de 21% à 27% sur le total du montant consacré aux infrastructures d’ici 2020.

73% ou tout près du ¾ demeurait consacré aux ponts et aux routes!

Édifiant.

Donc, avant de critiquer lorsqu’on vous demande de financer le transport collectif à coups de 2 cents du litre (pour un automobiliste moyen, ça représente environ $35/année), imaginez ce que serait Montréal...

sans le métro.