/news/politics
Navigation

Gala Triomphe: Combat de coqs entre Labeaume et Aubut

DM conseil ville-01
Photo Le Journal de Québec, Daniel Mallard Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Nullement impressionné par la mise en demeure de Marcel Aubut, le maire de Québec a contre-attaqué en lui reprochant lundi de faire «du spectacle». Il a aussi émis des doutes à peine voilés sur l’utilisation de l’argent de la Fondation Nordiques.

La fondation présidée par Me Aubut a annoncé dans un premier temps qu’elle détenait un avis juridique de la firme Fasken Martineau selon lequel il «existait bel et bien un contrat de location avec ExpoCité pour la présentation du Gala Triomphe». Elle tient le service de la Ville de Québec responsable de l’annulation de l’événement. Elle a confirmé dans un communiqué le dépôt imminent d’une mise en demeure annonçant une éventuelle poursuite en dommages.

Appelé à réagir en fin d’après-midi, Régis Labeaume a lancé un sérieux avertissement à Marcel Aubut. S’il choisit de traîner la Ville de Québec et ExpoCité en cour pour l’annulation du gala destiné aux athlètes de la région, ce sera l’occasion d’ouvrir les livres de sa fondation.

L’argent aux athlètes?

«Peut-être qu’on pourra savoir comment est utilisé l’argent, quelle est la part des revenus qui vont dans l’organisation, dans le spectacle, quelle est la part qui va aux athlètes, comment fonctionne la Fondation Nordiques? Quelle est la responsabilité des administrateurs? On peut découvrir beaucoup de choses intéressantes dans tout ça», a-t-il prévenu.

La Ville de Québec devait verser une subvention de 30 000 $ pour le Gala. «Est-ce que la majorité des sommes vont aux athlètes? On n’a jamais su vraiment ce qu’il en était. J’ai toujours pensé qu’on devrait mettre moins d’ampleur sur l’organisation et plus dans les poches des athlètes», a-t-il renchéri.

Malgré la vigueur de sa sortie, le maire s’est défendu de remettre en question l’intégrité de la fondation. «Ce sont des questionnements en général, je n’accuse personne.»

«Juste du spectacle»

Régis Labeaume estime que la mise en demeure s’apparente à du bluff. «Il faut faire attention. Il y a de grandes chances que ça soit du spectacle», a-t-il lâché lors d’une mêlée de presse, optimiste quant à ses chances de gagner un potentiel procès.

Le président d’ExpoCité, le conseiller Vincent Dufresne, a réitéré qu’«il n’y a aucun contrat qui a été signé» avec la fondation pour garantir l’accès au Colisée Pepsi pendant 56 heures afin de procéder à la préparation de l’événement.

Quant à elle, l’opposition jette le blâme sur ExpoCité dans cette affaire et montre du doigt le «laxisme» de l’administration Labeaume.

Me Aubut a refusé de commenter davantage la situation, évoquant la «judiciarisation éventuelle» du dossier.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla

Le Gala Triomphe en quelques dates
 
6 février: Annonce de la tenue de la 2e édition du Gala, le 30 avril. Ce sera le «dernier événement d’envergure sociale» à se dérouler dans le vieux Colisée, dit Marcel Aubut.
 
24 avril: Coup de théâtre. Gala annulé. Me Aubut a demandé un délai de 56 heures pour déployer la scène et les tables. ExpoCité a refusé.

             Un conflit d’horaires avec les Remparts explique l’imbroglio. ExpoCité jure qu’aucun contrat ne la liait à la Fondation Nordiques de Me Aubut.
 
28 avril: Le maire Labeaume contredit Me Aubut en soutenant qu’il n’a vu aucun contrat.
 
4 mai: La Fondation Nordiques annonce l’envoi d’une mise en demeure à ExpoCité. Le maire qualifie cette initiative de «spectacle». D’après lui, un éventuel procès permettra de savoir où va l’argent du Gala.
 

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.