/news/green
Navigation

L’Estrie se mobilise pour préserver trois monts

Des citoyens sont prêts à lutter pour protéger les paysages de l’Estrie. Ici, une vue du mont Sutton.
Photo courtoisie Des citoyens sont prêts à lutter pour protéger les paysages de l’Estrie. Ici, une vue du mont Sutton.

Coup d'oeil sur cet article

BROMONT | Neuf ans après s’être battus contre la privatisation du mont Orford, des citoyens de l’Estrie mènent un nouveau combat pour empêcher le développement sur les monts Brome, Sutton et Pinacle.

Des comités de citoyens de Sutton, Bromont et Frelighsburg ont adressé une lettre au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, pour lui demander d’intervenir afin de protéger les paysages des monts Sutton, Brome et Pinacle, ce que le ministre refuse.

«Sans notre mobilisation, les bulldozers seraient déjà rendus sur le sommet de la montagne», mentionne René Cloutier, du mouvement Protégeons Bromont, où un projet de construction de 36 résidences de luxe pourrait se concrétiser dans les prochains mois.

«Patrimoine»

«Il est minuit moins cinq pour ces municipalités», affirme Dominique Parent, du regroupement des citoyens de Sutton. Elle souligne que les élus s’apprêtent à sacrifier un patrimoine naturel inestimable au profit d’une poignée de promoteurs par l’adoption de règlements de zonage. En 2006, des milliers de citoyens s’étaient mobilisés pour la sauvegarde du mont Orford.

Pierre Moreau, Ministre
photo courtoisie
Pierre Moreau, Ministre

La mairesse de Bromont, Pauline Quinlan, mentionne avoir mandaté des experts pour s’assurer que le projet respecte les exigences municipales. Elle signale qu’en 2006 ce n’étaient pas 36 résidences, mais plutôt 1000 unités de condo qui étaient prévues, ce à quoi la Ville s’était opposée.

Si le projet actuel va de l’avant, 80% du couvert forestier sera préservé.

Érosion

À Frelighsburg, Werner Wintlels, des Amis du Pinacle, mentionne que le conseil municipal veut permettre l’aménagement de routes à flanc de montagne.

Dominique Parent croit pour sa part que le développement aggravera les problèmes d’érosion déjà présents au mont Sutton.

«On ne veut pas devenir les Laurentides, assure le maire de Sutton, Louis Dandenault, mais on réfléchit à la possibilité de modifier certains règlements trop restrictifs.» La Ville voudrait rapetisser certains lots, pour permettre à des gens qui n’ont pas les moyens de s’installer à Sutton de le faire.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.