/news/politics
Navigation

Des millions $ en aide juridique pour les Hells

Hell's Angels
© Archives Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’aide juridique versée aux motards accusés dans le procès SharQC a coûté 4,2 millions $ en 2014, dénonce la Coalition avenir Québec.

«C'est en moyenne 191 000 $ par accusés. Autre fait troublant, les contribuables ont payé, en 2014, 3,5 millions $ de plus en aide juridique pour ces criminels qu'en 2013 alors que la facture s'élevait à 650 000 $», a déploré la députée Nathalie Roy lors de la période de questions mardi.

Mme Roy se désole de voir que «la défense des 51 accusés de SharQc 1 et 2» aura coûté 9 millions $ aux contribuables lors des deux dernières années. «Que dit la ministre aux gens qui ont payé ces sommes faramineuses pour que de grands avocats défendent ces criminels, alors que les simples citoyens, eux, n’en ont pas les moyens», a demandé Mme Roy.

Elle déplore par ailleurs que «la grande majorité» de ces accusés «ne subissent finalement aucun procès et se retrouvent prochainement libres.»

La ministre de la Justice Stéphane Vallée a rétorqué qu’un jugement de la Cour suprême a forcé le gouvernement à payer pour la défense juridique des accusés de ces mégaprocès.

LA FAUTE DE LA COUR SUPRÊME

«Je suis un peu étonnée de la question de la collègue. La Cour suprême a imposé le fardeau à l’État d’assumer les frais de défense de ceux et celles qui faisaient l’objet d’accusations», a-t-elle lancé.

«Les factures et les sommes, les honoraires auxquels la collègue fait référence sont des honoraires que nous avons dû assumer en vertu, justement, des enseignements de la Cour suprême», a ajouté Mme Vallée.

Rappelons qu’en mars, 18 des accusés membres et sympathisants des Hells Angels ont plaidé coupables à une accusation réduite de complot pour meurtre. Comme ils avaient été arrêtés avant le changement de la loi sur la détention préventive, le temps passé en prison depuis leur arrestation a été comptabilisé en double. Avec les peines suggérées par les parties, il leur reste à purger neuf mois d’incarcération pour certains et une journée pour d’autres.