/news/currentevents
Navigation

L'exercice provincial pour tester le système d'urgence est un échec

Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de la Sécurité publique devra revoir son système Québec En Alerte, un outil permettant d’alerter rapidement la population en cas de situation d’urgence, puisque le test n’a pas fonctionné dans la plupart des stations de radios et télévision de la province.

Avec quelques minutes de délai, il n’y avait que les chaînes de télévision CTV et CBC qui affichaient un message d’alerte du centre des opérations gouvernementales (COG) du ministère de la Sécurité publique (MSP), lors de l’envoi du message, mardi après-midi. Celui-ci aurait dû apparaître et être diffusé en quelques minutes sur toutes les chaînes de télévision et de radio de la province.

«Au niveau des autres diffuseurs, on va devoir vérifier que nous sommes corrects. Il y aura donc bientôt un autre exercice qui, celui-là, va fonctionner, j’espère», lance Éric Houde, directeur des opérations du COG. Québec En Alerte est un outil qui permet aux autorités gouvernementales d’informer rapidement les citoyens lors d’événements présentant un danger pour leur vie, par l’entremise de la radio, de la télévision et d’internet.

 

Le centre des opérations pour l'émission d'alertes.
Photo Catherine Bouchard
Le centre des opérations pour l'émission d'alertes.

Perplexes

Ce test non concluant laisse perplexe le MSP. «Deux diffuseurs anglophones ont été capables, eux, d’envoyer l’information. Ça veut dire qu’il y a une partie du système qui a marché, se défend M. Houde. C’est une obligation du CRTC, tout le monde est obligé d’envoyer l’alerte.»

Présente à l’exercice, la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a rappelé l’importance d’être préparé lors d’une alerte. «Près d’un tiers des Québécois ne ressent pas la nécessité de se préparer à un sinistre», s’inquiète-t-elle, évoquant qu’au cours de la dernière année, 440 événements ont été signalés et plus de 20 000 appels ont été faits au COG. Selon elle, l’objectif de l’exercice était de vérifier l’efficacité du système. «On va essayer de comprendre ce qui n’a pas fonctionné.

On aurait souhaité que l’alerte soit diffusée dans l’ensemble de la province», précise son attaché de presse, Jean-Philippe Guay. Après vérification du MSP, quelques régions ont finalement diffusé le test, telles que l’Estrie et l’Outaouais.