/news/currentevents
Navigation

Jugé inapte, un père peut toujours voir sa fille

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Un père de famille a été jugé inapte à voir ses enfants, mais il a tout de même le droit de voir une de ses filles, née d’une précédente union.

Le père en question avait enroulé une de ses filles nées d’une autre liaison dans une couverture au point de la mettre dans un état neurovégétatif.

Pourtant, une fois par mois, il a un droit de visite supervisée auprès de leur fille de 8 ans. «Ma fille est suivie en pédopsychiatrie et elle garde des séquelles de ce qu’elle a vu le soir où sa demi-sœur est devenue handicapée», a confié la mère, que l’on ne peut identifier.

«Je suis très inquiète, poursuit-elle, parce que, maintenant qu’il se prépare à recevoir sa sentence, il n’a plus rien à perdre.»

Elle ne comprend pas pourquoi deux intervenantes différentes se sont occupées des dossiers de ce père. «L’une a recommandé des visites supervisées et l’autre a jugé que c’était trop risqué».

Pratique normale

La directrice de la protection de la jeunesse de la Montérégie, Maryse Davreux mentionne qu’il n’est pas rare que des intervenants différents s’occupent des dossiers d’une même famille.

«Il faut que les intervenants se parlent, précise-t-elle, pour avoir un portrait global de la situation, mais l’évaluation est faite en fonction des besoins de chaque enfant et de son milieu de vie.»

Pour des raisons de confidentialité, elle ne peut pas s’exprimer sur ce cas particulier. Toutefois, elle mentionne que même lorsqu’un délit important est commis, pour l’enfant, son père ou sa mère demeure toujours son parent et ce que la DPJ souhaite, c’est que les contacts continuent, en protégeant l’enfant.