/news/politics
Navigation

Québec veut étendre la taxe d'hébergement au camping

Cette mesure rapporterait plus de 1 M$ à l’État

Québec envisage d’étendre la taxe sur l’hébergement aux terrains de camping.
Photo courtoisie, Sépaq Québec envisage d’étendre la taxe sur l’hébergement aux terrains de camping.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le gouvernement du Québec envisage d’étendre la taxe sur l’hébergement aux terrains de camping, pour avoir plus d’argent à consacrer à la promotion et au développement de l’industrie touristique québécoise.

Actuellement, seuls les clients des établissements hôteliers doivent débourser la taxe sur l’hébergement, qui varie d’une région à l’autre. À Montréal, elle correspond à 3,5 % du prix de la chambre, alors qu’elle se situe à 2 $ ou 3 $ par nuitée dans plusieurs régions.

Selon des informations obtenues par Argent, le ministère du Tourisme veut cibler les adeptes du «glamping», qui louent des sites prêts à camper. Par exemple, les chalets et les tentes Huttopia qu’on retrouve dans les parcs de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Des campings privés et des pourvoiries offrent aussi de telles installations. Parfois, il s’agit de roulottes contenant tout le matériel dont les campeurs ont besoin. Camping Québec dénombre de 3000 à 4000 unités du genre, au Québec. Une taxe de 3 $ par nuitée pourrait rapporter plus de 1 million $ par an, avec un taux d’occupation de 60 % pour la saison estivale.

«Initialement, Québec voulait cibler tous les sites où s’installent les campeurs itinérants. Mais nous avons fait valoir que le camping traditionnel n’est pas de l’hébergement. C’est un loisir, car les campeurs apportent leur équipement pour s’installer», a commenté Simon Tessier, directeur général de Camping Québec.

M. Tessier a souligné que son association a jusqu’à maintenant veillé à la promotion des terrains de camping sans l’appui des Associations touristiques régionales (ATR). Le ministère du Tourisme a cependant refusé de commenter ce dossier, mercredi.

«La ministre Dominique Viens va émettre des commentaires après la publication du nouveau modèle d’affaires dans les prochains jours. Pour le moment, rien n’est décidé», a dit Cynthia St-Hilaire, l’attachée de presse de la ministre.

Bachand opposé

Au cours des derniers mois, le ministère a consulté plusieurs intervenants de l’industrie touristique pour préparer le nouveau plan d’affaires. Le projet soulève de la controverse dans la métropole puisque Québec évaluerait la possibilité de s’emparer des recettes de la taxe sur l’hébergement, actuellement administrées par les associations touristiques régionales.

Tourisme Montréal, l’ATR de la métropole, a lancé une offensive pour éviter que le ministère adopte cette stratégie. «Nous aimons mieux prévenir que d’attendre que la décision soit en vigueur. J’ai assez d’expérience du secteur public pour vous dire que par la suite, il sera trop tard pour revenir en arrière», a commenté l’ex-ministre Raymond Bachand, devenu président du conseil d’administration de Tourisme Montréal.

La taxe sur l’hébergement permet aux ATR de percevoir environ 50 millions $ annuellement. À Montréal, la cagnotte atteint 23 millions $. Environ 80 % de la somme est déboursée par des touristes étrangers.
L’attachée de presse de la ministre du Tourisme a indiqué que Québec ne veut pas centraliser la taxe sur l’hébergement. Un comité a cependant été mis en place pour unifier la promotion auprès des clientèles hors Québec.

«La ministre ne veut pas s’engager publiquement à ne pas centraliser», a ajouté M. Bachand, précisant que Montréal cible les résidents de grandes villes, comme Boston et New York, alors que les ATR régionales veulent attirer des Québécois.

Tourisme Montréal a reçu l’appui du maire Denis Coderre et de l’Association des hôtels du grand Montréal, notamment.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.