/news/education
Navigation

La direction demande l’aide des parents

Cégep de Saint-Laurent
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La direction du Cégep de Saint-Laurent, qui semble avoir du mal à négocier avec les élèves qui campent devant le collège depuis plus de deux semaines, demande maintenant l’aide de leurs parents pour les déloger, selon une lettre qui circule sur les réseaux sociaux.

«Nous communiquons avec vous car nous croyons que votre enfant fait partie de ce groupe», peut-on lire dans une lettre envoyée à quelques parents de ceux qui participent au mouvement «Occupe toute» depuis le 20 avril, sur les terrains du Cégep de Saint-Laurent.

Une élève a publié une photo de la missive sur Facebook, hier.

Accord rejeté

Depuis le début de l’occupation dite «illégale», la direction tente de trouver «une solution pacifique» pour que les étudiants quittent les terrains du cégep, en vain.

«Le jeudi 23 avril, la situation s’est brusquement dégradée, lorsque certains étudiants ont rejeté un accord conclu la veille par leurs pairs, peut-on lire. Depuis lors, les pourparlers ont été rompus et la communication demeure difficile, voire presque inexistante.»

Inquiète pour certains

La direction dit aussi être inquiète pour certains élèves, et semble vouloir interpeller les parents à ce sujet, avec cette lettre.

«Nous avons des raisons de croire que certains se sont radicalisés. D’autres semblent avoir délaissé leurs études, ce qui nous fait redouter des échecs scolaires. [...] De plus, bien que le campement soit sous une certaine surveillance nous appréhendons qu’il puisse devenir dangereux pour les occupants.»

La semaine dernière, un négociateur du Service de police de la Ville de Montréal avait rencontré quelques-uns de ces étudiants, toujours pour tenter de trouver une solution pacifique.

La direction ne souhaitait pas l’intervention de la police pour démanteler le campement, avait alors affirmé au Journal la directrice des communications du cégep, Louise Lavallée.

La direction n’a pas rappelé Le Journal, hier.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.