/news/currentevents
Navigation

Le bunker des Hells de Trois-Rivières vidé de ses meubles et électroménagers

Le bunker des Hells de Trois-Rivières vidé de ses meubles et électroménagers
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Les Hells Angels du chapitre de Trois-Rivières sont retournés dans leur ancien bunker, mardi, mais leur passage aura été de courte durée. Ils sont revenus dans leur ancien repaire simplement pour y récupérer ce qui se trouvait à l'intérieur, puisque l'immeuble appartient désormais au procureur général.

Cela fait suite à l'ordonnance de confiscation rendue par la Cour supérieure le 7 mai.

Pendant une partie de la journée, des hommes ont été vus entrer et sortir de l'ancien bunker situé sur le boulevard Saint-Jean, transportant poêle, frigidaire, armoires et autres meubles. La plupart des «déménageurs» étaient vêtus de chandails affichant les couleurs des Hells ou de sympathisants du club de motards.

Le travail de déménagement a été supervisé par des enquêteurs de la police et devrait reprendre mercredi.

«Tous les biens qui ne sont pas visés par une ordonnance judiciaire sont remis à leur propriétaire, a indiqué Jean-Pascal Boucher, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales. À présent, des discussions vont se faire avec les autorités municipales pour la suite des choses.»

Le maire de Trois Rivières, Yves Lévesque, s'est dit surpris que les motards puissent récupérer leurs biens, considérant que ceux-ci ont «sûrement été acquis grâce à des revenus provenant du crime».

Il y a fort à parier que le bunker, construit en 1989, sera démoli.

La semaine dernière, un groupe de 14 Hells Angels et de sympathisants du chapitre de Trois-Rivières ont plaidé coupable à une accusation de complot pour meurtre remontant à la guerre des motards de 1994 à 2002. Ils avaient été arrêtés dans le cadre de l'opération SharQC, en 2009.

Une ordonnance de confiscation du bunker a été rendue par le juge André Vincent à la suite de ces plaidoyers de culpabilité.

En contrepartie, la Ville de Trois-Rivières a renoncé à toute créance provenant de taxes impayées pour le local qui abritait jadis le chapitre trifluvien des Hells, qui s'élevaient à plus de 45 000 $.

- Avec TVA Nouvelles