/finance/business
Navigation

Série noire chez Bombardier

Le géant de l’aéronautique québécois abolit 1750 postes, dont 1000 à Montréal

Les licenciements chez Bombardier débuteront en juin et se poursuivront graduellement jusqu’au début de 2016.
Photo courtoisie Les licenciements chez Bombardier débuteront en juin et se poursuivront graduellement jusqu’au début de 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Environ 1750 postes, dont 1000 à Montréal, seront abolis dans la division aéronautique de Bombardier, dont bon nombre d’ingénieurs.

La compagnie a expliqué hier que «la situation économique actuelle et les enjeux géopolitiques de certains marchés, dont l’Amérique latine, la Chine et la Russie» ont affecté le nombre de nouvelles commandes. La cadence de production des avions d’affaires Global 5000 et Global 6000 sera donc réduite.

Cadence de production

Les postes touchés sont à Montréal, Toronto et Belfast. Les licenciements débuteront en juin et se poursuivront graduellement jusqu’au début de 2016. «Nous prenons des mesures pour adapter notre cadence de production au ralentissement récemment constaté [...], et ce, dans l’ensemble de l’industrie. Nous sommes pleinement conscients de ce que signifie notre décision pour nos employés touchés et leur famille, et nous ferons tout en notre pouvoir pour leur prêter assistance», a expliqué Éric Martel, président de Bombardier Avions d’affaires.

Selon Philippe Cauchi, analyste pour le magazine Info Aéro, les marchés qui se font moins actifs pour les appareils Global sont essentiellement ceux du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).

Impact

Si toutes les mises à pied sont regrettables, à la fois Mehran Ebrahimi, directeur, Groupe d’études en management des entreprises de l’aéronautique, UQAM, et M. Cauchi se disent étonnés de la décision de mettre à pied de 150 à 200 ingénieurs de structure, selon les informations obtenues par M. Ebrahimi.

«Ces ingénieurs sont d’une importance très particulière, c’est rare qu’on voie une entreprise se départir du cœur même de son savoir-faire. [...] Ce ne sont pas des techniciens qui vont attendre qu’on les rappelle, ce sont des gens qui sont demandés partout et qui peuvent partir», a-t-il souligné.

Selon le Conference Board du Canada, la suppression de 1000 postes à Montréal chez Bombardier aura un impact sur la croissance économique de la région. Marie-Christine Bernard, qui est codirectrice, prévision et analyse économique à l’organisme de recherche, n’a pas voulu avancer de chiffres, soulignant tout de même que la perte de 1000 emplois, «c’est quand même assez majeur».

 

BOMBARDIER AÉRONAUTIQUE

4e vague importante de licenciements

Annonces de mises à pied
  Total Québec
Mai 2015 1760 1000
Environ 20 % sont des ingénieurs
Janvier 2015 1000  
Juillet 2014 1800 Centaines
Janvier 2014 1700 1000
Plus de 30 000 employés dans le monde
Dont 5000 employés au Québec

 


BOMBARDIER EN BOURSE

Prix de l’action

  • 2,68$
  • +5,10 %

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.