/finance/business
Navigation

Medicago choisit D’Estimauville pour son usine de 245 millions $

Coup d'oeil sur cet article

Medicago installera son usine de 245 millions $ à Québec, sur les terres de la ferme SMA dans D’Estimauville, pour y produire des vaccins à base de plantes.

L’entreprise en a fait l’annonce hier matin à l’hôtel de ville de Québec en présence du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, du maire, Régis Labeaume, et du ministre fédéral de l’Infrastructure, Denis Lebel.

Medicago a choisi Québec pour y implanter son centre de production, en raison de sa vitalité, selon Andy Sheldon, président et chef de la direction.
Photo Courtoisie
Medicago a choisi Québec pour y implanter son centre de production, en raison de sa vitalité, selon Andy Sheldon, président et chef de la direction.

La société canadienne de biotechnologie a choisi la capitale pour y implanter son centre de production, en raison de sa vitalité, a souligné Andy Sheldon, président et chef de la direction et surtout pour son «personnel qualifié».

Centre de production de Québec

  • Fin des travaux en 2019
  • Superficie de 44 000 m2
  • Création de 200 emplois
  • Retombées économiques de 461 M$ d’ici cinq ans
  • Production de 40 à 50 millions de doses de vaccin contre la grippe par année.

Le président japonais du conseil d’administration de l’entreprise, Yoshihisa Saso, de Mitsubishi Tanabe Pharma, a parlé d’un «grand jour» pour la compagnie. «Nous sommes fiers de franchir l’étape suivante ici.»

Le complexe, qui regroupera le siège social, la recherche et la production commerciale de vaccins, occupera une bonne partie des terres de l’ancienne ferme Saint-Michel-Archange (SMA) situées à côté de Robert-Giffard.

Medicago vise l’expansion puisqu’elle a pris une option d’achat pour l’entièreté du terrain. «On les a sécurisés pour longtemps», a dit le maire qui parle même d’un «campus Medicago». «C’est très payant ces usines-là un coup que c’est parti.»

Medicago possède un complexe de serres de haute technologie doté d’un niveau élevé de biosécurité.
Photo Jean-François Desgagnés
Medicago possède un complexe de serres de haute technologie doté d’un niveau élevé de biosécurité.

Il s’agit en effet «du plus important investissement industriel à Québec au cours des 10 dernières années», a souligné le premier ministre, Philippe Couillard. Les trois paliers de gouvernement contribuent pour un total de 74,5 millions $, soit des prêts de 60 millions $ du provincial et de 8 millions $ du fédéral et 6,5 millions $ de la Ville. Le maire estime que l’investissement sera récupéré d’ici deux ans grâce aux nouveaux revenus de taxes foncières.

Medicago
Photo courtoisie
Medicago

« Pas l’œuvre d’un seul homme »

Tout en parlant d’une «bonne nouvelle», le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Paul Shoiry, croit que le maire Labeaume ne devrait pas en prendre tout le crédit. «C’est un projet qui se travaille de longue date, a-t-il signalé. La diversification de l’économie de la région de Québec s’est faite dans les années 90. Tant mieux si le maire a fait une différence, mais ça n’a pas commencé en 2008. C’est pas l’œuvre d’un seul homme.»

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla


Chiffre du Jour

800

L’opposition s’inquiète du fait que la limitation à 800 du nombre de logements dans le Programme particulier d’urbanisme (PPU) de Sillery ne figure pas dans les documents de la Ville. 

Citation de la soirée

«Ne me parlez pas de projet ridicule de tourisme avec des retombées de 200 millions de dollars, c’est une risée en ville. Je vous en prie, épargnez-moi ça.»
 
- Le maire Régis Labeaume, fustigeant le projet De cap en cap, une promenade touristique sur les falaises de Sillery, présenté par Héritage Québec

Échange sur la stratégie de développement économique de la Ville de Québec

-«Ce n’est vraiment pas l’apocalypse»,
 
clame le maire Régis Labeaume
 
- «Il y a l’apocalypse, mais il y a aussi le nirvana», 
 
réplique l’opposante Anne Guérette
 
- «Je sais que c’est plate pour l’opposition de l’admettre, mais l’économie va bien à Québec»,
 
tranche la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux
 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.