/opinion/blogs
Navigation

Science: dangereuse omerta conservatrice

Microscope laboratoire bacterie
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’omerta, la loi du silence.

C’est ce à quoi font face des milliers de scientifiques travaillant au sein de plusieurs ministères fédéraux. En fait, tout près de neuf scientifiques fédéraux sur dix se sentent muselés par le gouvernement de Stephen Harper.

En 2015.

On a peine à imaginer à quel point un gouvernement peut être si rétrograde, si tordu qu’il en soit venu à considérer la négation:

- de la science,

- de la communication des recherches et

- des résultats scientifiques

... comme une chose positive et même normale.

On ne parle même pas ici de museler des déclarations critiques à l’égard de politiques gouvernementales, mais bien d’interdire d’échanger avec la communauté scientifique et le public des faits bruts issus de la recherche et de l’observation scientifiques.

De simples faits. 

Pire, non seulement des scientifiques sont bâillonnés, mais on les oblige parfois même à modifier des résultats de recherches.

Des plaintes ont d’ailleurs été déposées il y a plus de 2 ans auprès de la commissaire à l’information qui a ouvert une enquête. En effet, plusieurs cas ont été relevés où les points de vue scientifiques financés par les fonds publics avaient été supprimés ou réduits à quelques lignes pour les médias. 

Plus particulièrement, de nombreux cas ont été recensés au sein de:

- Pêches et Océans Canada

- Ressources naturelles Canada

- Le Conseil national de recherches Canada

- L’Agence canadienne d’inspection des aliments

- Environnement Canada

- La Défense nationale

La situation est d’ailleurs considérée comme si préoccupante que la principale demande de l’Institut professionnel de la fonction publique est maintenant une «politique d’intégrité scientifique».

Cachez ce fait que je ne saurais voir...

À l’évidence, les faits dérangent les conservateurs. Car ces faits scientifiques vérifiés et vérifiables pourraient entrer en conflit avec les politiques de ce gouvernement.

D’ailleurs, le premier ministre lui-même a déjà dit que son gouvernement n’appuierait plus des programmes et des recherches qui sont en contradiction avec les politiques de son gouvernement. C’est quoi, ça, si ce n’est pas de la censure pure et simple? De plus, n’est-ce pas ce même Stephen Harper qui a déjà nommé M. Gary Goodyear, un créationniste, ministre d’État aux Sciences et Technologies?

Non content de museler des scientifiques, ce gouvernement les affame en coupant les fonds de recherche. À tel point qu’un nombre croissant de chercheurs, écœurés, s’en vont travailler ailleurs, là où on vit dans un monde où la science a sa juste place.

Décidément, ce gouvernement applique une dangereuse omerta qui nuit à la science, à l’épanouissement de la réflexion critique scientifique et à la liberté d’expression.

Ce comportement nous ramène à un douloureux passé où de tels abus ont été perpétrés... avec de lourdes conséquences.

Dites-vous bien que lorsque des scientifiques, en général très peu enclins à prendre la rue pour manifester, en viennent à dénoncer haut et fort ces abus dont ils font l’objet...

C’est qu’il y a péril en la demeure.