/lifestyle/techno
Navigation

C’est du solide!

<i>The Witcher 3 : Wild Hunt</i>
Photo courtoisie The Witcher 3 : Wild Hunt

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’une centaine d’heures de jeu, un monde 40 fois plus vaste que celui de l’opus précédent et 20 pour cent plus grand que celui de Skyrim, voilà ce que nous offre The Witcher 3: Wild Hunt de la compagnie CD Projekt Red. C’est audacieux!

Plus d’une centaine d’heures de jeu, un monde 40 fois plus vaste que celui de l’opus précédent et 20 pour cent plus grand que celui de Skyrim, voilà ce que nous offre The Witcher 3: Wild Hunt de la compagnie CD Projekt Red. C’est audacieux!

Deux cents artisans ont mis trois ans pour nous concocter ce dernier chapitre des aventures de Geralt de Rive, ce chasseur de sorcières et de monstres de l’enfer. Nul besoin d’avoir goûté à la mouture d’avant pour apprécier pleinement les péripéties qui nous attendent dans ces contrées magnifiques où magie et force brute s’allient pour contrer les créatures du mal.

Je ne suis pas le plus grand admirateur des jeux de rôle, mais cela pourrait bien changer grâce à Witcher 3. Sa progression est pensée autant pour les purs et durs que pour le néophyte désireux de vivre ses premières expériences dans le monde des RPG.

S’adressant aux adultes, notre périple est ponctué de scènes de nudité et certaines références coquines impliquant une licorne (!). On y aborde aussi l’homosexualité. C’est fait avec goût et sans préjugé.

Personnages attachants

Il serait utopique de penser décrire la profondeur et la richesse de la jouabilité de Witcher 3. Les nombreux menus intimident. Heureusement, au fur et à ­mesure de notre progression, ce sentiment disparaît au profit d’une grande satisfaction. On s’attache aux personnages. Certains, plus brutaux, oppriment les paysans. En tant que «sorceleur», nous avons des choix ­moraux à faire. Nos décisions auront, paraît-il, une incidence sur nos rapports avec autrui pendant toute la quête et sur le dénouement de l’histoire. J’ai hâte de le vivre!

Les créateurs de la licence ont implémenté un système de déplacement rapide. Heureusement! La carte est tellement grande! Aussi, l’apport d’un mini-plan favorise l’orientation pendant nos pérégrinations. J’ai mes réserves quant à la quantité phénoménale d’options. J’aurais souhaité qu’on m’avise lorsque tous les ingrédients de fabrication d’une potion sont réunis. À l’heure actuelle, il faut stopper le jeu, aller dans les ­menus et fouiller. J’aimerais être averti quand l’une ou l’autre des mixtures est prête au mélange.

Le cycle jour-nuit fonctionne à merveille! Tout comme la météo dynamique. Ces éléments contribuent grandement à l’immersion. Chasser la nuit, pendant un orage, ça augmente le stress!

Notre monture a une jauge de comportement. Plus nous galopons, plus la bête s’essouffle. Il faut donc bien cadencer nos déplacements. Notre cheval a peur! Si une créature le surprend, il se braquera en nous plaquant au sol. C’est bien fait!

Contenus téléchargeables

La trame narrative semble assez complexe, je suis loin de la fin! Je vous en reparlerai. Triangle amoureux, assassinats et combats tactiques, voilà quelques aspects du scénario auxquels j’ai goûté. Et ce n’est pas tout! Les maniaques de CD Projekt Red prévoient nous donner 16 contenus téléchargeables au cours des prochains mois, sans aucuns frais supplémentaires. Voilà une preuve de grand respect pour les amateurs de cette licence! Bravo!

<i>The Witcher 3 : Wild Hunt</i>
Photo courtoisie

The Witcher 3: Wild Hunt va m’avoir, moi qui, à la base, ne suis pas un fan de jeu de rôle! Vous m’avez eu! Je capitule! The Witcher 3 occupe l’esprit! Bravo!

 


The Witcher 3 : The Wild Hunt

<i>The Witcher 3 : Wild Hunt</i>
Photo courtoisie

Genre : Action RPG

Éditeur : CD Projekt

Plates-formes : PC, PS4 et Xbox One

Cote du Grand Talbot: 9/10