/lifestyle/psycho
Navigation

Le partenaire approprié : 4. La compatibilité psychologique

Il est plus facile de faire durer un couple si les deux partenaires partagent davantage de points communs

Happiness
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Bien que les contraires puissent s’attirer et réussir à former des couples stables à long terme, il est plus facile de faire durer un couple si les deux partenaires partagent davantage de points communs. Les sources de disputes et les problèmes insolubles inévitables risquent alors d’être moins polarisants dans une lutte où chacun essaie d’avoir raison sur l’autre.

Il y a déjà près de soixante-quinze ans, deux philosophes, Renée LeSenne et Gaston Berger, développèrent une branche de la psychologie appelée la caractérologie. Selon cette approche, chaque individu naît et développe un caractère particulier à partir de trois critères: l’émotivité, ­l’activité et le retentissement.

L’émotivité fait référence à la capacité vibratoire de l’individu, soit la capacité à être ébranlé psychologiquement ou ­physiologiquement ou non par une ­influence intérieure ou extérieure.

L’activité désigne la capacité à se mettre en action, à la suite ou non d’une ­émotion.

Le retentissement réfère à ­l’impulsivité plus ou moins grande. Un primaire réagira très rapidement, sur le coup, alors qu’un secondaire aura un temps de réaction beaucoup plus long.

Chacun de ces critères est évalué sur une échelle de 1 à 7 (à partir d’un questionnaire) et donne naissance à huit typologies: colérique, passionné, nerveux, sentimental, sanguin, flegmatique, amorphe et apathique. Vous pouvez donc être émotif ou non émotif, actif ou non actif, primaire ou secondaire, à des degrés divers.

Reléguée dans l’ombre pendant plusieurs décennies à cause d’un mouvement sociologique associant l’égalité à la similarité des sexes, la caractérologie refait ­surface avec la psychologie positive de ­Seligmanqui associe le bonheur à la force du caractère. (Tapez Seligman et caractère sur internet pour en savoir davantage).

Caractère et couple

Les recherches faites à partir de cette caractérologie arrivent à deux conclusions. Premièrement, les caractères trop semblables (deux amorphes ou deux ­colériques par exemple) ou trop différents (un amorphe et un colérique) peuvent ­difficilement s’entendre.

Deuxièmement,les caractères qui présentent de faibles différences en plus ou en moins sur chacun des trois critères sont ceux qui peuvent le mieux se compléter harmonieusement: l’apathique est entraîné par un moins apathique; le ­passionné est tempéré par un moins ­passionné qui peut mieux le comprendre tout en ne réagissant pas fortement à ses réactions impulsives; le non-émotif est stimulé par un partenaire quelque peu plus émotif, mais est terrorisé par le passionné émotif.

Il apparaît évident que les couples ­formés par des partenaires ayant des ­personnalités semblables sans être identiques, partageant les mêmes traits de ­caractère, un même niveau intellectuel, une même perception des rôles sexuels, une même libido, une même ouverture d’esprit, les mêmes attentes face au couple, un même sens de l’humour, un même niveau d’énergie, les mêmes idéaux, la même capacité d’adaptation... ont plus de chances de former des couples harmonieux à long terme que ceux qui sont à l’opposé sur chacune de ces variables.

Les extrêmes ne font généralement pas bon ménage, du moins pas très longtemps, et survivent rarement au coup de foudre que ces extrêmes peuvent provoquer.

Les fréquentations

D’où l’importance des fréquentations pour apprendre à connaître vraiment la personne qui existe dans ce corps qui vous attire et suscite chez vous tant de sensations agréables, tant d’émotions intenses et tant de fantasmes d’un futur heureux.

Sans revenir aux fréquentations avec chaperon du temps passé qui pouvaient durer des années, il serait peut-être préférable d’instaurer une «période de probation» de quelques mois pour savoir à qui vous avez affaire avant de vous engager émotivement et, surtout, sexuellement.

Du moins, c’est la conclusion clinique à laquelle j’arrive après avoir reçu tant de jeunes trentenaires qui en sont rendus à leur ixième relation, relations qui n’ont duré tout au plus que deux à trois ans.

https://yvondallaire.com