/news/politics
Navigation

PKP se ravise et tend la main au Bloc québécois

Le chef du Parti québécois fait une visite rapide à l’investiture de Mario Beaulieu

PKP se ravise et tend la main au Bloc québécois
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau chef péquiste Pierre Karl Péladeau a tendu la main au Bloc québécois, hier, alors qu’il avait pourtant mis en doute sa pertinence il y a quelques mois.

«C’est un allié du Parti québécois, un allié de la souveraineté, insiste PKP en parlant du Bloc québécois et de son chef Mario Beaulieu. Nous portons ensemble un projet ambitieux, celui d’un Québec maître de ses choix et de sa destinée.»

Élu la semaine dernière à la tête du PQ, Pierre Karl Péladeau a ainsi posé un premier geste pour un rassemblement politique des forces souverainistes, comme il l’a promis lors de son élection.

PKP se ravise et tend la main au Bloc québécois
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Alliance

Son passage éclair à l’assemblée d’investiture de Mario Beaulieu, hier, dans Montréal-Est, a permis au chef péquiste de signifier clairement son désir de collaborer avec ce parti qui ne compte que deux députés, Louis Plamondon et Claude Patry, et qui n’a droit qu’à 30 secondes de questions par semaine à la Chambre des communes.

Reste que Pierre Karl Péladeau est resté à peine 15 minutes devant l’aréna où se tenait le rassemblement, partant précipitamment sans prononcer son discours qui devait lancer les festivités.

«Le Bloc québécois joue un rôle dans notre processus d’affirmation et assure notre représentation au Parlement fédéral», croit Pierre Karl Péladeau, qui s’est éclipsé pour aller assister au spectacle de danse de sa fille.

PKP se ravise et tend la main au Bloc québécois
Photo Agence QMI, Joël Lemay

À cinq mois des élections

Il est ainsi parti trop vite pour revenir sur ses déclarations de l’automne dernier, alors qu’il avait émis des doutes sur la pertinence du Bloc québécois. Un parti souverainiste à Ottawa ne fait que légitimer le fédéralisme, avait-il laissé entendre.

Le chef bloquiste s’est néanmoins réjoui de l’appui de PKP.

«Le questionnement qu’il a émis au départ était quand même une bonne chose, car c’est un questionnement que beaucoup de Québécois avaient, souligne Mario Beaulieu. Mais d’ici la prochaine élection, il faut faire la démonstration qu’avoir des députés à Ottawa qui se consacrent entièrement aux intérêts du Québec, c’est payant pour le Québec.»

Reste qu’à cinq mois des prochaines élections fédérales, tant le leader péquiste que le chef bloquiste étaient incapables de dire comment se concrétisera cette alliance stratégique entre les deux partis indépendantistes.

«Le Parti québécois et le Bloc québécois vont discuter ensemble et voir les mesures qui sont appropriées et qui peuvent être utilisées pour qu’on puisse rencontrer cet objectif commun», s’est contenté de dire Pierre Karl Péladeau.


Investiture

Le Bloc québécois en mode électoral

Le Bloc québécois a bon espoir que les prochaines élections fédérales marqueront la «renaissance» de ce parti qui ne compte que deux députés à la Chambre des communes.

«L’année 2015 en est une cruciale, pas seulement pour les bloquistes, mais pour tous les indépendantistes, a martelé le chef bloquiste Mario Beaulieu lors de son assemblée d’investiture. Ce sera l’année de la renaissance du mouvement indépendantiste!»

C’est devant plusieurs centaines de militants pour la souveraineté réunis dans un aréna de Montréal-Est que M. Beaulieu a annoncé qu’il sera candidat du parti dans la circonscription de La Pointe-de-l’Île, qui va de Pointe-aux-Trembles à Tétreaultville. «Il faut reprendre notre place sur la scène fédérale», a dit celui qui défend les intérêts du Bloc depuis bientôt un an, mais qui n’a pas de siège à la Chambre des communes.

Appuis

Plusieurs politiciens étaient présents pour lui signifier leur appui, hier, dont l’ancien premier ministre Bernard Landry, les députés péquistes Martine Ouellet, Maka Kotto et Nicole Léger, ainsi que le bloquiste Louis Plamondon.

«Je veux t’appeler Monsieur le député le plus vite possible, a dit Bernard Landry à Mario Beaulieu. Tu as un mandat qui est lourd, mais on espère qu’il sera court, en attendant qu’on fasse du Québec un pays!»

Autres candidats

Le Bloc québécois a profité de l’occasion pour annoncer les noms de quelque 20 candidats bloquistes qui brigueront les suffrages l’automne prochain.

Parmi eux, on compte le comédien Denis Trudel, qui représentera la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert.

La comédienne Lucie Laurier, pressentie pour représenter le Bloc dans Laurier–Sainte-Marie, a laissé savoir qu’elle était toujours «en réflexion».

«Je suis une indépendantiste depuis ma naissance, a laissé tomber Mme Laurier. Le Bloc est à terre, on va le dire, alors je pense qu’il est temps de réexpliquer l’indépendance, un projet essentiel à l’émancipation du Québec.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.