/entertainment
Navigation

Maripier Morin à Québec: ses incontournables dans sa ville natale

La jeune femme vient souvent en visite à Québec.
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc La jeune femme vient souvent en visite à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Même si Maripier Morin habite Montréal depuis maintenant dix ans, elle n’a pas oublié ses racines. La jeune femme de 28 ans qui est née à Québec – avant de passer une bonne partie de son enfance à Rivière-du-Loup - est en effet très attachée à la capitale, et y revient très souvent.

«Québec, pour moi, c’est la famille», affirme l’animatrice rencontrée jeudi dernier à l’hôtel Le Concorde, alors qu'elle était en ville dans le cadre de son nouveau contrat avec Revlon. «C’est ma ville. Sans rien enlever à Montréal, que j’adore, précise-t-elle, il y a un certain lâcher-prise qui s’installe quand je viens ici. Les gens sont moins stressés, pis j'aime ça.»

Celle qui a aussi passé quelques années de son adolescence à Québec pour les études remet donc souvent les pieds à Québec pour y visiter tant ses parents, la famille de sa mère que ses amis. Maripier a d’ailleurs passé le temps des Fêtes dans la capitale l’hiver dernier avec sa famille et celle de son conjoint, Brandon Prust, qui s’était déplacée de London pour l’occasion.

Histoire d’en savoir un peu plus sur sa passion pour Québec, nous lui avons demandé de nous parler de ses endroits fétiches quand elle revient dans sa ville natale.

L’Aquarium du Québec

«Je fais découvrir Québec à mon chum, et on est venus l’été passé. On est allés au Village Vacances Valcartier, où je vais chaque été, et aussi à l’Aquarium. On était comme deux enfants! On a capoté, mon chum est fasciné par l’univers marin. [...] Ç’a été une découverte pour moi. J’y étais allais quand j’étais petite, mais d’y être retournée, j’ai vu à quel point c’est beau ce qu’ils ont fait.»

Le Vieux-Québec et... la rue du Trésor

«C’est sûr qu’il faut que j’aille marcher devant le Château Frontenac et me promener sur la rue du Trésor quand je viens à Québec. L’été, quand j’étais petite, on allait toujours au Festival d’été de Québec, pis je me rappelle que j’allais me promener avec ma mère sur la rue du Trésor voir les artistes. Je pense que mon sens artistique s’est réveillé sur cette rue-là. Pour moi, c’était comme une caverne d’Alibaba.»

Ses restos fétiches

Le Patriarche / Le Tournebroche / Le Saint-Amour / Chez Boulay «Je suis tombée en amour avec le Saint-Amour il y a huit ou neuf ans. C’est une expérience que tu te payes une fois par année en amoureux, parce que c’est un restaurant haut de gamme. Sinon, il y la version plus bistro Chez Boulay, chaleureuse. La bouffe est tout le temps bonne, c’est réconfortant.»

Le Capitole de Québec

«J’essaie d’aller voir au Capitole au moins un à deux shows par année. Je ne fais même pas ça à Montréal! C’est la plus belle salle qu’y a pas. T’as une proximité avec les artistes, c’est vraiment une scène extraordinaire, autant pour les artistes que pour le public.»

Le Bonne Entente

«Si je ne peux pas dormir chez ma mère ou si j’ai envie de me payer du luxe, c’est là que je vais parce que y’a pas un lit qui se compare avec celui du Bonne Entente. Leur spa est aussi écœurant. T’as l’impression de rentrer chez vous quand tu rentres au Bonne Entente, je pense que c’est la raison pour laquelle autant d’artistes en ont fait leur deuxième maison.»