/slsj
Navigation

La Société historique voit grand

La région pourrait accueillir le plus grand centre d’archives industriel du Canada

Coup d'oeil sur cet article

La Société historique de Saguenay veut réaliser un projet ambitieux: devenir le plus important centre d’archives industrielles du Canada.

L’organisme tente actuellement de recueillir les documents des grandes compagnies qui ont contribué au développement de la région, dont Alcan et Résolu.

«Il ne faut pas oublier notre histoire. Il faut garder les informations et les témoignages depuis les années 20», explique Laurent Thibeault, président de la Société historique de Saguenay.

La Société espère faire grandir sa collection d’archives nationales. Plus de 1200 boîtes contiennent des archives de la compagnie Price, l’ancêtre de Résolu, du syndicat des employés de l’aluminium d’Arvida et d’Unifor.

Entente

Un accord de principe a d’ailleurs été conclu avec Résolu. La Société historique de Saguenay souhaite également mettre la main sur un incontournable de l’histoire industrielle de la région: Alcan, devenue Rio Tinto.

«C’est une compagnie qui a bâti des usines, qui a eu des conseils d’administration, qui a tenu sa comptabilité, qui a monté des projets, et encore plus», indique le président.

La Société souhaite profiter du déménagement du siège social en 2016 pour rapatrier les archives de la compagnie dans la région. Ça représente des milliers de documents et une valeur historique certaine.

Des approches ont déjà été effectuées avec la compagnie, mais Saguenay n’est pas seul à vouloir mettre la main dessus.

«Le siège social est à Montréal, mais le cœur du développement industriel, c’est nous qui avons créé cet empire-là! Nous sommes capables d’assumer la responsabilité des archives, et je suis prêt à me battre», souligne Laurent Thibeault.

Si Rio Tinto accepte, il faudra déterminer quels secrets la compagnie souhaite conserver. «Dans toute acquisition d’archives, il y a une discussion pour dire qu’une archive va être prescrite pendant 20, 30 50 ans. C’est certain que la compagnie ne voudra pas livrer tous ses secrets industriels», précise-t-il.

Ce centre d’archives industrielles amènerait un heureux problème: un manque d’espace. Il faudra donc prévoir un agrandissement ou un déménagement.