/travel
Navigation

Abano Terme, 2000 ans de thermalisme

Coup d'oeil sur cet article

ABANO TERME, Vénétie (Italie) | Vers l’ouest, l’horizon est barré par une succession de collines arrondies et verdoyantes. De ces collines Euganéennes, d’origine volcanique, surgissent les sources d’eau thermale chaude utilisée ici depuis plus de 2000 ans, depuis que les Romains en ont découvert les vertus.

De l’Antiquité, il ne reste que quelques vestiges d’une villa romaine, de thermes et des éléments du système d’adduction d’eau. Lors de l’expansion hôtelière qui a marqué les lendemains de la Seconde Guerre mondiale, il semble que l’on ne se soit pas trop embarrassé de préserver cet héritage historique.

La petite cité de Abano, comme sa voisine immédiate Montegrotto, ne vit que de thermalisme, des traitements de remise en forme de tous genres. Principale station italienne de ce type, elle figure parmi les centres thermaux les plus recherchés d’Europe. Les deux villes, dont la population se situe autour de 30 000 habitants, totalisent environ 130 hôtels, chacun alimenté par une source d’eau thermale.

Contrairement à d’autres stations thermales européennes qui ne possèdent qu’un seul centre de traitement central, les résidants peuvent donc ici accéder directement, en peignoir, aux salles de soins et aux piscines sans avoir à sortir de leur hôtel.

Les touristes viennent à Abano Terme avant tout pour se reposer et se remettre en forme. Leur sont proposés des traitements régénérateurs basés en premier lieu sur la qualité particulière de l’eau naturellement enrichie par l’activité volcanique passée.

À l’hôtel Internazionale, par exemple, cette eau qui jaillit à 80o C, ramenée sensiblement à la température du corps, se retrouve dans les deux piscines communicantes, dont l’une est couverte. La grotte aménagée à l’intérieur de l’hôtel qui fait fonction de hammam utilise aussi cette eau. L’eau naturellement chaude sert également à chauffer l’établissement durant la saison hivernale.

L’autre type de traitement particulier proposé dans les centres thermaux des hôtels est l’enveloppement des curistes à l’aide de boue volcanique, dont on vante les vertus.

En matière de cures et de traitements, la liste comprend par ailleurs des massages appliqués en fonction des problèmes de santé détectés au préalable. Avant certains traitements qui pourraient mettre l’organisme des curistes à l’épreuve, une visite médicale est en effet prescrite sur place.

Pourquoi Abano

Le voyagiste Expertours, le spécialiste des circuits et séjours en Italie - qui a de multiples fois été à l’origine de nouveaux concepts – a choisi Abano Terme, charmante station thermale, comme base pour découvrir les multiples trésors de la Vénétie.

La formule est simple: on pose sa valise pour un certain temps à l’hôtel d’où l’on peut rayonner si l’on veut chaque jour dans la région. En une heure de route, ou un peu plus, on accède en effet aux cités historiques et mythiques que sont Venise, Vérone, Trévise, Montagnana, Este, le lac de Garde, etc., tandis que Padoue se situe juste à côté.

Les collines Euganéennes des alentours de Abano Terme abritent des vignobles, quantité de belles villas qui servaient jadis de résidences secondaires aux aristocrates et aux commerçants de Venise, ainsi que de beaux circuits de randonnée.

Le meilleur des mondes, en somme: la tranquillité en étant à demeure et tout un univers à découvrir aux alentours.

 
 

REPÈRES

  • Air Transat assure en saison des vols directs vers Venise au départ de Montréal.
  • La station thermale de Abano Terme se situe à 12 km de Padoue et à 53 km de Venise. Le thermalisme s’y pratiquait déjà à l’époque romaine.
  • À plus ou moins une heure de route à la ronde, il est facile de découvrir les villes historiques de la Vénétie, dont Venise, Este, Vérone, Montagnana, Sirmione, Trévise, etc., ainsi que les vignobles du Valpolicella.
  • Expertours, le voyagiste spécialiste de l’Italie, propose des forfaits de découverte de la Vénétie ainsi que des circuits et séjours sur mesure. Disponibles dans toutes les agences de voyages.