/lifestyle/techno
Navigation

Est-ce que la peinture tiendra?

<i>Splatoon</i>
Photo courtoisie Splatoon

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, une nouvelle propriété intellectuelle pour Nintendo. Le très coloré jeu Splatoon vise un large public. Principalement conçu pour s’affronter en ligne, ce titre propose un jeu de tir à la troisième personne dont le but est de mettre à mal l’équipe adverse en se servant de notre peinture pour nos déplacements et pour recharger notre matériel de «guerre». C’est rapide et amusant, mais l’anémie de contenu pourrait en décourager plus d’un.

Enfin, une nouvelle propriété intellectuelle pour Nintendo. Le très coloré jeu Splatoon vise un large public. Principalement conçu pour s’affronter en ligne, ce titre propose un jeu de tir à la troisième personne dont le but est de mettre à mal l’équipe adverse en se servant de notre peinture pour nos déplacements et pour recharger notre matériel de «guerre». C’est rapide et amusant, mais l’anémie de contenu pourrait en décourager plus d’un.

<i>Splatoon</i>
Photo courtoisie

Quatre contre quatre, la prémisse consiste à barbouiller nos ennemis au lieu de les éradiquer comme le font des centaines de shooters (Call Of Duty, Battlefield, etc.). C’est rafraîchissant.

Notre arsenal, garni d’armes à coloriage, a des allures de pistolets à eau qui projettent de la gouache. C’est dans ces couches de notre teinte que nous devrons évoluer avec ­célérité, avant que la brigade adverse ne fasse de même. En effet, la bande de dissidents tentera de nous enduire de sa couleur afin de nous éliminer. Une fois notre base complètement peinturée, c’est la fin!

Les personnages amusants se changent en pieuvres pour se déplacer furtivement. Plus on bigarre notre parcours, plus nous avancerons. Rapidité et stratagèmes sont de mise! Il faut donc communiquer. Et c’est là que le bât blesse. Nintendo n’a pas cru nécessaire ­d’incorporer un système de message en ligne en joute, ou un «chat» vocal. Impossible de coordonner des attaques en équipe ou de signifier la présence sournoise d’un ennemi près de notre QG.

Par contre, les cartes proposent un bon lot de stratégies. Bien dessinées, elles offrent, grâce à des points d’étranglement savamment placés, des échauffourées amusantes. Clairement, ce premier opus vise la famille. Le tutoriel, bien fait, permet de bien saisir les bases de cette nouvelle aventure. Cinq cartes nous sont proposées afin de bien comprendre les mécaniques de jeux et bagarrer des «boss». Un mode 1 contre 1 existe aussi, mais il est moins intéressant, malgré une bonne implémentation du GamePad. Un opposant se sert de la télé et l’autre, de l’écran de la tablette de Nintendo.

<i>Splatoon</i>
Photo courtoisie

Plein la vue

Beaucoup de parents ne sont pas chauds à l’idée de laisser les jeunes s’amuser en ligne. Voilà peut-être ce qui explique pourquoi Nintendo ne ­permet pas les communications vocales sur internet, souvent sources de certains abus verbaux. Une façon facile de contourner ces outrances et ce verbiage malsain aurait été de placer un bouton «mute», contrôlé dans un menu géré par les adultes du foyer. Aussi, Nintendo n’a pas programmé la possibilité de former des équipes avec nos amis. Au lieu, on se branche en ligne et on nous jumelle à des inconnus. Souvent, ils cherchent leurs copains et se ­déconnectent avant que débute la joute: ça peut être long!

Visuellement, Splatoon en met plein la vue! J’ai bien aimé l’idée de tapoter sur l’avatar d’un comparse en meilleure posture afin d’être propulsé à ses côtés et traverser la carte en volant littéralement. Cette option peut faire la différence entre une victoire et une défaite. Bien pensé!

Nintendo offrira du nouveau contenu gratuit prochainement. Enfin, nos amis nippons s’adaptent! Est-ce que Splatoon durera? Seul le temps le dira. Pour le moment, la peinture tient, pourvu que l’on corrige et polisse les ­petits bouts qui s’écaillent.


Splatoon

<i>Splatoon</i>
Photo courtoisie

Développeurs: Nintendo

Genre: Arcade, tir à la 3e personne

Classement: M

Cote du Grand Talbot: 8/10