/news/politics
Navigation

Éric Martel succède à Thierry Vandal à la tête d’Hydro-Québec

Il promet de la transparence et des tarifs raisonnables

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-président de la division Avion d’affaires de Bombardier, Éric Martel, prend les rênes d’Hydro-Québec. Il promet des hausses de tarifs «raisonnables» et un «changement de culture vers une plus grande transparence.»

«Je veux m’assurer que les augmentations vont demeurer raisonnables», a promis M. Martel mercredi lors d’une conférence de presse commune avec le ministre de l’Énergie Pierre Arcand, qui faisait l’annonce de cette nomination à l’issue de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

Hydro-Québec s’est retrouvée récemment au cœur d’une controverse après les révélations gênantes concernant une turbine de 79 M$ envoyée à la casse. M. Martel prend acte et promet plus de transparence et d’humilité. L’ingénieur électrique donnera l’exemple : il n’aura pas droit au parachute doré et à la généreuse retraite de son prédécesseur Thierry Vandal. Il conservera tout de même un salaire de 500 000 $ par année.

Pas question, toutefois, de renoncer aux bonis, a dit Pierre Arcand. «Le conseil d’administration est parfaitement libre d’orienter la façon de rémunérer les cadres. Ces pratiques existent dans de nombreuses sociétés d’État», a-t-il lancé aux journalistes.

Il souligne d’ailleurs que la prime au rendement du PDG, qui était de 110 000 $ en 2014, sera maintenant conditionnelle à un meilleur service à la clientèle, en plus de l’atteinte d’objectifs financiers.

M. Martel a abondé dans le même sens. «Si on veut attirer les bons gestionnaires, il faut avoir les bons mécanismes et la bonification en fait partie», a-t-il affirmé.

Croissance internationale

M. Martel, qui a quitté Bombardier il y a moins de deux semaines, souhaite maintenant qu’Hydro-Québec poursuive sa croissance à l’international.

«À l’international, y a-t-il des possibilités? Est-ce qu’Hydro-Québec veut partager son savoir à l’extérieur, aider à construire des barrages, travailler avec des gens de cosser pour avoir des barrages. L’aspect croissance est important c’est mon objectif et ça pourrait être une façon de croitre», a lancé M. Martel, qui entrera officiellement en fonction le 6 juillet.


4 grands objectifs

  1. Changement de culture vers une plus grande transparence.
  2. Un souci accru du service à la clientèle.
  3. Une croissance soutenue des activités
  4. Amélioration de la productivité.

Qui est Éric Martel ?

Titulaire d’un baccalauréat en génie électrique

Il était président de la division Avions d’affaires chez Bombardier. Il a quitté son poste cinq jours après avoir annoncé la suppression de 1750 postes.

Il a aussi occupé les fonctions de président – Service Bombardier aéronautique et de vice-président Qualité et transformation

Il a occupé des postes au sein de plusieurs entreprises de renommée internationale, telles que Pratt & Whitney et Rolls Royce, ainsi que pour Procter and Gamble et Kraf Foods.


L’ancien PDG Thierry Vandal, qui a été reconduit dans ses fonctions en 2012 pour un mandat de cinq ans, a eu droit à une indemnité de départ de 565 000 $ et empochera une rente de retraite de 450 000 $ par année indexée à vie.