/news/politics
Navigation

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu quitte le caucus conservateur

Pierre-Hugues Boisvenu
Photo Le Journal de Québec, JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le scandale des dépenses au Sénat prend de l’ampleur, Pierre-Hugues Boisvenu a annoncé jeudi soir qu’il se retire du caucus des sénateurs conservateurs parce qu’il fera l’objet d’une enquête de la GRC.

Cette annonce est survenue le jour même où on apprenait que le rapport du vérificateur général Michael Ferguson, déposé au Sénat, écorche quelques poids lourds de la Chambre haute, dont son président, Léo Housakos.

Le vérificateur Michael Ferguson a remis son rapport final jeudi après-midi à la Chambre haute.
Photo REUTERS
Le vérificateur Michael Ferguson a remis son rapport final jeudi après-midi à la Chambre haute.

En effet, les dépenses d’une trentaine de sénateurs sont remises en cause dans l’audit, qui sera rendu public la semaine prochaine, incluant celles de neuf sénateurs et ex-sénateurs dont les dossiers devront être transférés à la GRC.

Pierre-Hugues Boisvenu a lui-même fait savoir qu’il faisait partie de ce groupe en annonçant sa démission du caucus conservateur, pour siéger désormais comme sénateur indépendant.

«J’ai pris cette décision volontairement après avoir appris que je ferai l’objet d’une enquête de la GRC», a-t-il déclaré dans un court communiqué.

Selon ce qu’a appris notre Bureau parlementaire, M. Boisvenu serait l’un des seuls sénateurs actifs à faire partie de ces cas plus graves.

Un peu moins de 1 million $

Le total des dépenses jugées illégitimes pour la trentaine de sénateurs visés s’élèverait, selon nos informations, à un peu moins de 1 million $.

Le leader de l’opposition, James Cowan, a reçu des remboursements totalisant 10 000 $ pour des dépenses inadmissibles à l’occasion de trois voyages à Toronto. Il entend contester ces montants.

Le président écorché

Les dépenses remises en cause du président du Sénat, Léo Housakos, s’élèvent à 7600 $ pour deux cas distincts.

Le président Housakos a expliqué que deux «erreurs administratives» avaient été soulevées dans son cas par l’audit. Dans le premier cas, il s’agit d’un montant de 1600 $ que l’une de ses employés a déjà remboursé pour des déplacements à Montréal jugés inadmissibles relativement à une activité de bienfaisance sur l’autisme, dont le sénateur était coprésident en 2012.

Le second cas porte sur un contrat totalisant 6000 $ que M. Housakos a octroyé à un conseiller politique.

M. Housakos affirme que cette dépense a été jugée illégitime dans l’audit parce que deux tâches effectués par le sous-traitant n’avaient pas été clairement déterminées dans le contrat. Il soutient avoir épargné jusqu’à 480 000 $ aux contribuables au cours des six dernières années en fonctionnant à forfait plutôt que d’avoir embauché l’attaché politique auquel il a droit.

Les dépenses du leader du gouvernement à la Chambre, Claude Carignan, totalisent 3000 $. Il s’agit d’une «erreur administrative» pour des remboursements de dépenses de déplacements d’un de ses employés.

Ce dernier a déjà remboursé le montant dû.

– Avec la collaboration de Sophie Côté


Pierre-Hugues Boisvenu

  • Ancien haut fonctionnaire et sous-ministre au provincial
  • Fonde en 2004 l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD)
  • En novembre 2005, il reçoit le Prix de la justice du gouvernement du Québec
  • Il est assermenté sénateur canadien le 3 mars 2010