/news/provincial
Navigation

223 sièges de moins que prévu au Centre Vidéotron

223 sièges de moins que prévu au Centre Vidéotron
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre Vidéotron comptera 223 sièges assis de moins que ce qui était prévu dans les plans initiaux de la Ville de Québec rendus publics en octobre 2012.

Jusqu’à maintenant, le chiffre convenu a toujours été de 18 482 sièges fixes lorsque l’amphithéâtre est en configuration hockey, que ce soit pour la Ligue junior ou pour la Ligue nationale de hockey (LNH). Or, le site Internet de l’amphithéâtre évoque plutôt le chiffre de 18 000 sièges.

Intrigué par la différence, le Journal a demandé des explications. Après vérifications, la Ville de Québec nous a fait savoir, hier après-midi, que l’amphithéâtre sera livré, le 15 juillet, avec 18 259 places assises.

Considérations opérationnelles

Diverses considérations opérationnelles expliquent la situation. Tout d’abord, Québecor a réclamé que les huit premières rangées les plus proches de la glace soient dotées de sièges plus larges (24 pouces au lieu de 19 pouces). Dans les plans initiaux des architectes, seules six rangées devaient être plus larges, a mentionné le porte-parole de la Ville, David O’Brien.

Par ailleurs, les espaces pour les caméras de télévision et les sièges réservés aux personnes à mobilité réduite ont obligé la Ville à revoir quelque peu ses plans. «Les changements touchent 1% du total des sièges», a minimisé M. O’Brien.

Hier soir, la Ville a d’ailleurs procédé au changement du nombre, sur son site Internet, le faisant passer de 18 482 à 18 259. Pour la configuration événementielle de l’amphithéâtre, le nombre de sièges est demeuré le même soit 20396. Au fil années, les autorités municipales ont répété que l’essentiel est que le nombre de sièges ne soit pas inférieur à 18 000.

Du côté de Québecor, Martin Tremblay, vice-président aux Affaires publiques, a expliqué que «le 18 000 (indiqué sur le site Internet de l’amphithéâtre) sert à donner une approximation, donc une impression générale».