/travel
Navigation

La Sérénissime cité !

Coup d'oeil sur cet article

VENISE (Italie) | La ville, splendide, tout entière bâtie sur une multitude d’îlots et parsemée d’inextricables canaux, apparaît comme un mirage. Les maisons ont des airs de palais, et les simples églises, des allures de cathédrales. On demeure tout simplement ébahi dès l’instant où on aborde Venise, la cité qui se faisait appeler jadis la République sérénissime.

Devant tant de beauté, on ne peut que s’interroger sur l’histoire de cette cité et les fondements d’une richesse acquise tout au long de près d’un millénaire.

La visite du Palais des Doges permet de trouver des réponses concernant le système politique qui régissait la ville-État et le pouvoir qu’elle a exercé durant des siècles, grâce au commerce, sur une bonne partie du monde.

À la fois résidence du chef de gouvernement (le doge ou duc), siège des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, et prison, le palais est une splendeur. On dit que dans cette ville tout ce qui brille est or, à commencer par les plafonds dorés des escaliers menant aux salles où siégeaient les différents conseils constituant le cœur du pouvoir vénitien.

Commerce mondial

Venise a bâti son économie sur le commerce, maritime en premier lieu. Pour cela, la ville s’était dotée d’un important chantier naval. Ses navires, principalement des galères mues par un contingent de rameurs, sillonnaient la Méditerranée. La République sérénissime commerçait ainsi avec Constantinople, l’actuelle Istanbul, qu’Alexandrie, en Égypte, que Saint-Jean-d’Acre, en Palestine, ou encore Chypre ou les ports du Maghreb. Par la voie maritime et par les voies fluviales, Venise avait également établi des liens commerciaux avec les pays de l’Europe occidentale.

Détenant une forme de monopole sur le commerce du sel, Venise réussit à s’imposer sur les marchés de l’époque. Puis, elle s’accapara le commerce des épices provenant de l’Orient, et du sucre produit à Chypre. Les cours d’eau européens lui permettaient d’acheminer vers la cité laine et peaux qui étaient transformées par les artisans vénitiens.

Sa réussite commerciale et politique, Venise la dut au dynamisme de ses marchands. Les fils de ces derniers apprenaient le métier dès l’adolescence en embarquant à bord des navires appartenant à la famille. Puis, ils effectuaient des séjours prolongés dans les comptoirs commerciaux établis par les Vénitiens dans les diverses contrées avec lesquelles ils commerçaient.

Quand Venise, modeste cité construite sur une lagune, commença à se trouver à l’étroit, ses dirigeants n’eurent de cesse de s’accaparer sur le continent le contrôle de villes jusqu’alors indépendantes, au point de régner sur un assez vaste territoire. Dans le même temps, afin de protéger ses routes maritimes, elle mit le grappin sur des îles de la mer Adriatique ainsi que des îles grecques.

Pour afficher leur réussite et leur aisance, les commerçants vénitiens se firent construire des palais comme résidences et financèrent les édifices religieux. Les artistes, et notamment les peintres, exécutèrent les commandes. Quiconque s’intéresse à l’art se doit donc de visiter à Venise autant les bâtiments civils que les édifices religieux où figurent les œuvres des grands maîtres vénitiens, dont certains noms sont connus comme Le Titien, Véronèse ou Le Tintoret. Ce dernier a notamment exécuté l’immense Paradis qui occupe tout un mur de l’immense salle du Grand Conseil de la République, dans le Palais des Doges.

Acteurs de premier plan dans le commerce mondial axé sur les routes maritimes en Méditerranée, les Vénitiens perdirent leur suprématie quand le Portugal et l’Espagne se mirent, grâce à de nouveaux découvreurs, à ouvrir de nouvelles voies maritimes, cette fois dans l’Atlantique.

C’est cette immersion historique que nous offre Venise à chaque pas. On comprendra dès lors qu’une visite d’un jour ne suffit pas.

 

Brèves

Venise

Repères

  • Air Transat assure en saison printemps-été-automne des vols directs vers Venise au départ de Montréal.
  • Les chambres d’hôtel au cœur de Venise coûtent cher. L’alternative: se loger dans une localité périphérique bien desservie par les transports en commun, comme Padoue.
  • Incontournable pour bien des touristes, le tour de gondole est proposé partout au même tarif, soit 80€ pour 30 minutes et six personnes au maximum.
  • Un guide pour découvrir les monuments de Venise: Italie, collection Guides Voir, chez Libre Expression. Un ouvrage pour comprendre Venise: Histoire de Venise, de Alvise Zorzi, éditions Tempus.
  • Expertours, le voyagiste spécialiste de l’Italie, propose des forfaits de découverte de la Vénétie ainsi que des circuits et séjours sur mesure, à partir de Abano Terme, une station thermale située à une heure de Venise. Voir un agent de voyages.
  • Info : www.expertours.ca; www.termeinternazionale.it/fr; www.italia.it/fr/decouvrez-litalie/venetie.html