/opinion/columnists
Navigation

Chers visiteurs, bienvenue au Canada

Bloc biométrie digitale
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Désormais, les visiteurs avec un visa seront tenus de donner leurs empreintes digitales et de fournir une photo numérique. Le Canada s’inscrit dans la tendance mondiale à recourir à de telles mesures biométriques pour vérifier l’identité des visiteurs.

Désormais, les visiteurs avec un visa seront tenus de donner leurs empreintes digitales et de fournir une photo numérique. Le Canada s’inscrit dans la tendance mondiale à recourir à de telles mesures biométriques pour vérifier l’identité des visiteurs.

Ces mesures, présentées comme des moyens d’améliorer la sécurité, doivent faire l’objet de surveillance attentive afin de garantir qu’elles ne vont pas au-delà de ce qui est nécessaire pour protéger la sécurité.

Frontières territoriales

De tout temps, les États ont vérifié l’identité des personnes qui entrent sur leur territoire. Il est normal que les gouvernements s’assurent que les gens qui viennent chez nous ne sont pas des criminels ou des personnes affichant des intentions de commettre des actes terroristes.

Or, le recours aux mesures biométriques va beaucoup plus loin que la simple vérification du passeport!

La biométrie suppose de capter et de conserver des informations sur les éléments du corps de chacune des personnes qui se présentent. Par exemple, les empreintes digitales, la morphologie du visage ou la configuration de l’iris de l’œil.

Cependant, il faut savoir que les risques associés à des systèmes d’identification faisant appel à la biométrie sont plus importants.

Dans un nombre croissant de pays, on tient pour acquis que les systèmes de reconnaissance biométriques peuvent améliorer la sécurité. C’est ce que les politiciens et les services de sécurité ne cessent de clamer aux citoyens. Sauf que ces affirmations sont plutôt controversées.

En effet, le potentiel intrusif de tels systèmes de reconnaissance biométriques recèle d’importants risques d’atteintes aux droits fondamentaux. Avant d’implanter un tel système, il faut s’assurer de mettre en place un cadre réglementaire garantissant qu’ils seront utilisés avec des précautions minimales.

Il faut aussi voir à ce que seules les informations vraiment nécessaires pour assurer la sécurité soient recueillies. Il faut éviter de collecter des informations qui ne seraient pas reliées à des impératifs de sécurité. Par exemple, la collecte de certaines informations biométriques comme celles de l’iris de l’œil peuvent révéler que la personne est atteinte de certaines pathologies.

De plus, il serait surprenant que ces renseignements biométriques ne soient pas partagés avec les autorités d’autres pays. Il importe donc que ces partenaires présentent des garanties sérieuses qu’ils n’utiliseront pas les données pour d’autres fins. Il faut qu’il y ait un réel moyen de s’assurer qu’ils détruisent effectivement les données qu’ils n’ont pas le droit de conserver.

Et c’est sans compter sur une possible cyberattaque qui mettrait ces données à risque.

On le voit, le potentiel liberticide de ces technologies est important.

La mise en place de tels systèmes devra donc obligatoirement s’accompagner de mécanismes indépendants chargés de vérifier si ces moyens techniques de protection sont vraiment efficaces.

Il faut aussi s’assurer que ces outils techniques soient configurés et utilisés de façon à réduire au minimum les risques d’ingérence dans la vie privée.

Pour ces raisons, on aurait été en droit de s’attendre du gouvernement à ce que l’élargissement du recours aux informations biométriques pour identifier les visiteurs au Canada s’accompagne d’une démonstration plus étayée que le recours à de tels systèmes est vraiment nécessaire et qu’il n’existe pas des moyens moins intrusifs d’obtenir les résultats que l’on vise.

Pour l’instant, il faut croire sur parole le gouvernement qui affirme que c’est efficace.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.